50. Jahrgang Nr. 8 / Serptember 2020
Datenschutzerklärung | Zum Archiv | Suche




Ausgabe Nr. 11 Monat Dezember 2004
Neues aus der Konzilskirche


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2004
Franz Nomista: Stellungnahme zur Frage: Welches ist die zentrale Häresie der sog. 'Konzils-Kirche?


Ausgabe Nr. 6 Monat Juli 2004
Craig Heimbichner: Die talmudistische Note - Die wahre Geschichte der Ersetzung des Offertoriums


Ausgabe Nr. 6 Monat Juli 2004
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2005
Zum Tode von Johannes Paul II.


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2005
Die Krise der Kirche ist hausgemacht


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
Habemus Papam?


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
Anhang: Ratzingers Stellungnahme zu verschiedenen Themen


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
Die Krise des Glaubens und der Verfall der röm.-kath. Kirche


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
Eine kritische Analyse von Ratzingers Dominus Jesus


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
Gloria olivae - Joseph Ratzinger - Benedikt XVI.


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
'Exkommunikation' von S.E. Erzbischof Ngô-dinh-Thuc durch 'Kardinal' Ratzinger


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NAHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 9 Monat November 2004
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2004
L’ERREUR FONDAMENTALE DE VATICAN II


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2004
Remarques connexe


Ausgabe Nr. 8 Monat Oktober 2004
Cual es la herejsia central de asi llamada


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2004
EL ERROR PRINCIPAL DEL VATICANO II


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2004
Remarques connexe


Ausgabe Nr. 5 Monat August 2005
Rundschreiben Mediator Dei et hominum, Vorwort/Gliederung


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
Zur aktuellen Situation


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
NACHRICHTEN ZUM AKTUELLEN GESCHEHEN...


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
Zur theologischen Position von Kardinal Ratzinger


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
Das Konzil und der viel zitierte Heilige Geist - mit Blick auf Parallelen im Mittelalter


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
Das II. Vatikanische Konzil und die theologische Sprachverwirrung


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
Ein terminologisches Dilemma


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 7 Monat Dezember 2005
Zur Theologie und Philosophie Joseph Ratzingers


Ausgabe Nr. 7 Monat Dezember 2005
Clemens August Kardinal Graf von Galen


Ausgabe Nr. 7 Monat Dezember 2005
Unfreundliche Betrachtungen


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
HABEMUS PAPAM?


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
Sobre la situacin actual de la Iglesia


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
A propos de la situation actuelle de lEglise


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
A commentary on the present situation of the Church


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2006
Am Scheideweg


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2006
Brief an die Redaktion


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2003
Hresie der Formlosigkeit. Die rmische Liturgie und ihr Feind


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2003
ber das Papsttum der Rmischen Bischfe


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2003
ber das Papsttum der Rmischen Bischfe


Ausgabe Nr. 6 Monat Juli 2003
Zur derzeitigen Situation der Kirche


Ausgabe Nr. 7 Monat September 2003
Der Hauptirrtum des II. Vatikanums: extra Ecclesiam salus est


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
Sobre la situacin actual de la Iglesia (esp.)


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
A propos de la situation actuelle de lEglise (fr.)


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
A commentary on the present situation of the Church (engl.)


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2002
Zitate


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2002
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 5 Monat September 2002
Die gttliche Wahrheit erkennen


Ausgabe Nr. 6 Monat November 2002
ber das Papsttum der Rmischen Bischfe


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
Dominus Jesus


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
ESSERE CRISTIANI SENZA CHIESA ?


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2001
Unerwartete


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2001
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2001
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 4 Monat September 2001
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2001
DIE SCHPFUNG - EIN GTTLICHER PLAN - Buchbesprechung


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
SER CRISTIANO SIN IGLESIA? - UNA PONENCIA-


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
Bewegung fr die gegrndet


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
Zur Verffentlichung des 3. Geheimnisses von Fatima


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
ESSERE CRISTIANI SENZA CHIESA ?


Ausgabe Nr. 7 Monat Mrz 2001
Dominus Iesus


Ausgabe Nr. 7 Monat Mrz 2001
Lettera a cristiani preoccupati (ital)


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1999
OFFENER BRIEF AN DIE PFARREI HARTKIRCHEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1999
CHRIST SEIN OHNE KIRCHE?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1999
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1999
Brief an besorgte Christen


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1999
Warum die Einsicht Ecne untersttzt


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1999
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 2000
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1998
KUMENE - QUO VADIS?


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1998
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1999
Brief an besorgte Christen


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2006
In der Diaspora


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2006
Die Rechtfertigung - Stellungnahme


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2006
Der Protestantismus und seine kumenische Aufwertung


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2006
Leserbriefe zu dem Artikel


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1997
KUMENE ?


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1997
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
Gott, von dem ich nicht einmal wei, ob er berhaupt existiert


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1993
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1994
WAS BEDEUTET DIE UNZERSTRBARKEIT DER KATHOLISCHEN KIRCHE?


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1996
EIN SOLCHER RELIGIONSUNTERRICHT VERDIENT NICHT SEINEN NAMEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1996
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 4 Monat November 1996
CLOQUELL ZUM BISCHOF KONSEKRIERT ?


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1996
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1997
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1995
Nachruf auf Herrn Dr. Carlos Disandro


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1995
NUR NOCH AUSLAUFMODELL?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1994
DER WEIHERITUS PAULS VI. IST UNGLTIG...


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1994
Gegen den atheistischen bermenschen


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1994
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 5 Monat Mrz 1995
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1992
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 1992
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1992
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 4 Monat Mai 2006
Brief an die treuen Bewahrer des kath. Glaubens


Ausgabe Nr. 4 Monat Mai 2006
Ratzinger/Benedikt XVI. im Visier


Ausgabe Nr. 4 Monat Mai 2006
Leserbriefe zu dem Beitrag Am Scheideweg


Ausgabe Nr. 4 Monat Mai 2006
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1991
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1991
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1992
ANKUPPLUNG POSTHUM?


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1990
DAS RTSEL UM MGR. M. LEFEBVRE


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1989
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1990
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Januar 1989
DIE KRISE DES GLAUBENS UND DER VERFALL DER RM.-KATH. KIRCHE


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
DIE KRISE DES GLAUBENS (Fortsetzung


Ausgabe Nr. 6 Monat Januar 1989
DIE KRISE DES GLAUBENS (Fortsetzung


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1988
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1988
S C H I S M A ?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1988
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1988
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 8 Monat Mrz 1989
ERKLRUNG NICHT WIDERRUFEN


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai/Juni 1987
DAS DRITTE GEHEIMNIS VON FATIMA


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai/Juni 1987
TRADITION - WIRKLICHKEIT, PHANTASIE ODER BETRUG?


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1987
NACHRICHT, NACHRICHT, NACHRICHT...


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1987
ECONE UND ROM


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1987
BERLEGUNGEN ZUM VATIKAN-DOKUMENT BER BIO-ETHIK


Ausgabe Nr. 6 Monat Mrz 1988
NEW AGE


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1986
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1986
EINE DOGMATISCHE ANALYSE ... u.a. AUFSTZE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1986
THEOLOGISCHES AUS ECONE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1986
INKONSEQUENZEN, INKONSEQUENZEN... BRIEEFWECHSEL


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1986
LEX CREDENDI, LEX ORANDI... - ODER NICHT ?


Ausgabe Nr. 5 Monat Januar 1987
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1985
DER LETZTE BETRUG ROMS


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1985
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 1985
EINE REFORM DER KONZILIAREN REFORMEN


Ausgabe Nr. 3 Monat Juli 1985
OFFENER BRIEF


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1985
BRIEF VON HERRN PROF. DR. D. WENDLAND AN DIE REDAKTION


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar/Mrz 1986
EINE REFORM DER REFORMEN ?


Ausgabe Nr. 5 Monat Juli 2006
Unsere 'zahlreichen Mitstreiter' oder: der tiefe Graben


Ausgabe Nr. 5 Monat Juli 2006
Fastenpredigt 2006


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1984
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2013
Die Irrtmer des II. Vatikanums und ihre berwindung


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1984
NACHLESE ZUM SOG. NEUEN 'KIRCHENRECHT'


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1984
LESERBRIEF: ZUR UNRECHTMSSIGKEIT DER WAHL VON MGR. K. WOJTYLA


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1984
ZUR SOG. 'WIEDERZULASSUNG' DER (TRIDENTINISCHEN) MESSE


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1985
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2006
5. Brief an die treuen Bewahrer des katholischen Glaubens


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2006
Diaspora


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2006
Wenn die Kirche nicht gttlich wre...


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1983
DIE ANGRIFFE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1983
Die Wojtylanische Diktatur


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1983
Bekanntmachung der Kongregation fr die Glaubenslehre


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1983
ERZBISCHOF NGO DINH THUC 'EXKOMMUNIZIERT'


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1983
Die Wojtylanische Diktatur


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1983
MODERNE 'KIRCHEN'GESCHICHTE - EIN RCKBLICK


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1983
Die Wojtylanische Diktatur


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1983
HELDEN MIT AUSZEICHNUNG UNERWNSCHT


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1984
MARGINALIEN ZUM LUTHER-JAHR


Ausgabe Nr. 2 Monat August 1982
NACHRICHTEN... NACHRICHTEN... NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1982
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1983
WIE ECONE DIE KIRCHE ERNEUERT - EIN OFFENBARUNGSEID


Ausgabe Nr. 6 Monat Mrz 1983
ERSTES SELBSTNDIGES DENKEN ODER HEUCHELEI ?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1981
SIND DIE NEUEN WEIHERITEN NACH VATIKANUM II GLTIG?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1981
BER H.H. RATZINGER, DER BEANSPRUCHT, BISCHOF VON MNCHEN ZU SEIN


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1981
MODERNISMUS UND REFORMKATHOLIZISMUS


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1982
LEFEBVRE AM ZIEL SEINER WNSCHE ?


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1982
KLERIKALES SCHEINGEFECHT


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1982
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1980
EINSICHT!


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1980
ANTWORT VON H.H. PFARRER HANS MILCH


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1980
REPONSE DE HR L'ABBE HANS MILCH AUX QUESTIONS


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1980
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1980
OFFENER BRIEF EINES GLUBIGEN PROTESTANTEN


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1981
DIE NEUE PRIESTERWEIHE IST KEIN KATHOLISCHER RITUS MEHR


Ausgabe Nr. 7 Monat Dezember 2006
Und ihr werdet sein wie Gott


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1979
MIT DER ZEIT BERNEHMEN WIR, ECONE, ALLE MESSZENTREN!


Ausgabe Nr. 1 Monat Juni 1978
WIE LANGE WILL DR. KLAUS GAMBER UNS NOCH TUSCHEN?


Ausgabe Nr. 1 Monat Juni 1978
VOX FIDE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1978
DESWEGEN SIND WIR PROTESTANTEN GEWORDEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1978
MITTEILUNGEN DER REDAKTION/LESERBRIEFE


Ausgabe Nr. 3 Monat Oktober 1978
DE MORTUIS NISI BENE ? ZU MONTINIS TOD


Ausgabe Nr. 4 Monat November 1978
HTET EUCH VOR DEN FALSCHEN PROPHETEN !


Ausgabe Nr. 4 Monat November 1978
DIE KIRCHE ALS DIE WAHRE INSTITUTION DES HEILS


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1978
JOHANNES PAUL II.


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1978
SIE LGEN, PATER WERENFRIED


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1979
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1979
DIE FOLGENSCHWERE KRISE DER KIRCHE


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1979
SEKTE MIT IMPRIMATUR


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1977
DER 'VON NIEMANDEM DIRIGIERTE' KONZILSBERATER JOSEF RATZINGER


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1977
DIE SITUATION DER KIRCHE IN EINER UNBEKANNTEN VISION DER ANNA KATHARINA EMMERICK


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1977
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1977
SACRIFICIUM INTELLECTUS


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1978
KIRCHENZERSTRER - EINST UND HEUTE


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1978
GEGENWART DER KIRCHE IN DER WELT


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1978
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1978
NIE ETWAS NEUES: DER 'BERHOLTE MODERNISMUS'


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2007
bermchtiges Schweigen


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2007
Hohlheit bis zum Unsinn ?


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2007
Betrachtungen ber die erste Enzyklika Benedikts XVI.


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
EN LA ENCRUCIJADA


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
la croise des chemins


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
At the crossroads


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
Y seris como Dios (Gn. 3, 5)


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
And thou wilt be like God (Gen. 3,5)


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1977
FAULE FRCHTE


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2007
Die Prophezeihungen des Herrn von Cazotte


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2007
Mitteilungen der Reaktion


Ausgabe Nr. 56 Monat August/Sept. 1974
TU ES PETRUS


Ausgabe Nr. 9 Monat Dezember 1974
CORNELIUS UND CYPRIAN


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 1975
DIE EHEZWECKE


Ausgabe Nr. 3 Monat Mai 2007
Ratzinger und die heidnischen Sexual-Gtter


Ausgabe Nr. 3 Monat Mai 2007
Ratzinger und die heidnischen Sexual-Gtter, Forts.


Ausgabe Nr. 9 Monat Dezember 1973
DER ANTIMODERNISTENEID


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Carta a Su Eminencia el obispo XXX


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Letter to His Excellency xxxx


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Et vous serez comme Dieu


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Brief an einen Bischof...


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
... und eine bittere Bilanz


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Das freimaurerische Prinzip


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Rckkehr zur berlieferten Liturgie?


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Leserbrief zu: Drei heilige Bcher


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Die Falle der Motu-Proprio-Messe


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
ber die Menschwerdung Christi


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Der groe Glaubensabfall am Ende der Zeiten...


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Wo zwei oder drei in Meinem Namen versammelt sind


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Das Motu Proprio nchtern betrachtet


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 14 Monat February 1984
NOUVELLE POLITIQUE D'AUTONOMIE OU HYPOCRISIE?


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
THE SO-CALLED 'EXCOMMUNICATION' OF H.E. ARCHBISHOP NG-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
Letter of Bishop Louis Vezelis, O.F.M. D.D.


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
REPONSE DE M. L'ABB MILCH A LA LETTRE OUVERTE DU M. HELLER


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktober 1983
FIRST SIGN OF INDEPENDENT THINKING OR HYPOCRISY?


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1983
AGAINST THE 'PROPHECY' OF THE SO-CALLED 'ROMAN CATHOLIC'


Ausgabe Nr. 14 Monat Oktober 1981
REMARQUES CONNEXES


Ausgabe Nr. 12 Monat June 1980
Vox FIDEl: LA VOIX DE LA FOl OU L'ORGANE DES SOUHAITS


Ausgabe Nr. 11 Monat August 1982
ANSWER OF REVEREND FATHER HANS MILCH


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2008
Ich glaube an die heilige katholische Kirche, die Gemeinschaft der Heiligen.


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2008
Die DITIB


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
I believe in the holy Catholic Church, the communion of saints


Ausgabe Nr. 12 Monat Mrz 2008
Apostasa y Confusin


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
ENSEIGNEMENT DE PIE XII POUR DFENDRE LES CRITURES


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
The second Book of accusation for heresy against the author of the new Catechism from 1992


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2008
Ich leide keinen Mangel


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2008
Der schmerzliche 'Ehebruch' der 'Braut Christi'


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2008
Gegendarstellung


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2008
Nachrichten, Nachrichten, Nachrichten...


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2008
Die prinzipielle Offenbarung Gottes und die konkrete Offenbarung


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2008
Anmerkungen zur subsistit-in-Lehre


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2009
Anmerkungen zur Fastenzeit 2009


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2009
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2009
Die Holocaust-Latte liegt zu hoch!


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
The Holocaust Bar is too High


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2009
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2009
Weihnachtsbrief 2009


Ausgabe Nr. 13 Monat Diciembre 2009
Christmas Letter 2009


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2010
Ist die Religionsfreiheit ein Naturrecht?


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2010
In der 'Mitte' angekommen - Beliebigkeit als Prinzip


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2010
Verhandlungen mit Rom (Fortsetzung)


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2010
Verhandlungen mit Rom (Fortsetzung 2)


Ausgabe Nr. 11 Monat giugno 2010
Al crocevia


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2010
Im Eiltempo vom Abseits ins Aus


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2010
Kampf der 'political correctness'


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2011
A. 6. c. Die nach dem Kirchenrecht den Neuerern zukommende Stellung.


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
E sarete come Dio (Gn. 3, 5)


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
A proposito della situazione attuale della Chiesa


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
Al crocevia


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
SOBRE LA REALIDAD Y LA EXITENCIA DEL PURGATORIO


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2011
Vom Sinn der Schpfung


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2011
Die Grundhresie Johannes Pauls II.


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2011
Benedikt XVI. - in den Klauen der verborgenen Hnde


Ausgabe Nr. 3 Monat Sptember 2011
Gott ist die Liebe


Ausgabe Nr. 3 Monat Sptember 2011
Antwort auf einen Angriff gegen den Sedisvakantismus


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2011
Der Wiederaufbau der Kirche als Institution


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2011
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2012
Verwechslung mit Folgen


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2012
Offene Fragen an Abb Schmidberger


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2012
Weder Vertrauen noch Eifer noch Methode


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2012
Anmerkungen zur kirchlichen Situation


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
Erneut auf dem Prfstand


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
Das Ankupplungsmanver


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2012
Gott wird Mensch - Weihnachten 2012


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2012
Hart, aber fair - ein Briefwechsel zur aktuellen kirchlichen Situation


Ausgabe Nr. 1 Monat Mrz 2013
Null und nichtig der Ritus der Bischofsweihe von 1968


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2013
Habemus Papam? Zur Wahl von Jorge Mario Bergoglio


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2013
Mitteilungen der Redaktion, Hinweise


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2013
Ist Jesus Christus der Sohn Gottes?


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2014
Wie Christus als Gottes Sohn erkannt werden kann - weiterfhrende Betrachtungen


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2014
Gott will, da alle Menschen gerettet werden


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2014
Mitteilungen der Redaktion, Hinweise


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2014
Die Frage bleibt: Ist Jesus Christus der Sohn Gottes?


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2015
Noch einmal: Gehrt der Islam zu Deutschland?


Ausgabe Nr. 4 Monat September 2015
Die Irrtmer des II. Vatikanums und ihre berwindung durch die Erkenntnis Christi als Sohn Gottes


Ausgabe Nr. 4 Monat September 2015
Fortsetzung I: Wie Christus als Gottes Sohn erkannt werden kann - weiterfhrende Betrachtungen


Ausgabe Nr. 5 Monat November 2015
Du sollst nicht falsches Zeugnis geben wider deinen Nchsten - Internet - Segen oder Fluch?


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2016
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2017
Buchbesprechung:


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2017
Der Verrat am Christentum Islam und Vatikanum II


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2018
Christus ward fr uns zur Snde.


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2019
Himmelfahrt Christus im Herzen


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2019
Ich rufe dich bei Deinem Namen: Mein bist Du


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2019
Mitstreiter gesucht Brief an einen Konservativen


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2020
Papa contra Papam


Ausgabe Nr. 2 Monat Mrz 2020
Quo vadis?


Ausgabe Nr. 3 Monat Mai 2020
Gedanken zu Einsicht, Sept. 2015, Dr. E. Heller


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
The Errors of Vatican II and their defeat through Recognizing Christ as Son of God


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
Is Jesus Christ the Son of God?


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
How Christ can be recognized as Son of God further reflections


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
The Question remains: Is Jesus Christ the Son of God?


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Los errores del Vaticano II y su superacin gracias al conocimiento de Cristo como Hijo de Dios


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Es Jesucristo el Hijo de Dios?


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Cmo se puede conocer a Cristo como Hijo de Dios: nuevas consideraciones


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Queda por responder la pregunta es Jesucristo el Hijo de Dios?


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Jsus-Christ est-il le Fils de Dieu?


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Comment le Christ peut tre reconnu comme le Fils de Dieu


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
La question demeure: Jsus-Christ est-il le Fils de Dieu?


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Les erreurs de Vatican II


Ausgabe Nr. 7 Monat Juli 2020
Veni Creator Spiritus


Ausgabe Nr. 7 Monat Juli 2020
Buchbesprechung:


ENSEIGNEMENT DE PIE XII POUR DFENDRE LES CRITURES
 
ENSEIGNEMENT DE PIE XII POUR DFENDRE LES CRITURES

par
Michel Mottet


    Mais que dclare le Magistre rcent de l'Eglise au sujet de ces premiers chapitres de la Gense? Le texte le plus rcent qui aborde cette question cruciale est HUMANI GENERIS, Lettre encyclique de Pie XII SUR QUELQUES OPINIONS FAUSSES QUI MENACENT DE RUINER LES FONDEMENTS DE LA DOCTRINE CATHOLIQUE. [12 aot 1950] Il s'agit donc d'un document officiel manant du Chef suprme de l'Eglise et cens apporter tous les catholiques la vritable doctrine sans laquelle il n'y a pas de salut ternel possible. Les Lettres encycliques n'engagent pas L'INFAILLIBILIT PONTIFICALE, telle qu'elle a t strictement dfinie par le Concile du Vatican. Mais il est communment admis qu'un Pape ne peut pas apporter autre chose que la "Vrit vraie" dans des documents de l'importance des Lettres encycliques donnes en nourriture spirituelle au monde catholique tout entier. Pour bien souligner l'importance de ces documents, les Editions TEQUI que j'ai sous les yeux prennent bien soin de citer en lettres capitales sur la page de garde:

    "LE PAPE, C'EST LE CHRIST SUR LA TERRE; C'EST LE CHRIST AU MILIEU DE NOUS. OBIR AU PAPE, C'EST OBIR JESUS-CHRIST, C'EST OBIR DIEU."  Mgr de Sgur.

    Que dit donc "le Christ sur la terre" des premiers chapitres de la Gense ? Vu l'importance du sujet  et l'Autorit suprme du rdacteur, qui serait "le Christ au milieu de nous", il y a lieu de citer in extenso son enseignement sur la question :

    Comme dans le domaine de la biologie et de l'anthropologie, il en est qui, dans le domaine de l'histoire, ngligent audacieusement les limites et les prcautions que l'Eglise tablit. Et en particulier, il Nous faut dplorer une manire vraiment trop libre d'interprter les livres historiques de l'Ancien Testament, dont les tenants invoquent tort, pour se justifier, la lettre rcente de la Commission Pontificale biblique l'Archevque de Paris. Cette lettre, en effet, avertit clairement que les onze premiers chapitres de la Gense, quoiqu'ils ne rpondent pas exactement aux rgles de la composition historique, telles que les ont suivies les grands historiens grecs et latins et que les suivent les savants d'aujourd'hui, appartient nanmoins au genre historique en un sens vrai, que des exgtes devront tudier encore et dterminer: cette Lettre dit encore que les mmes chapitres, dans le style simple et figur, bien appropri l'tat des esprits d'un peuple peu cultiv, rapportent les vrits essentielles sur lesquelles repose la poursuite de notre salut ternel, ainsi qu'une description populaire de l'origine du genre humain et du peule lu. Si par ailleurs les anciens hagiographes ont puis quelque chose dans les narrations populaires (ce qu'on peut assurment concder), on ne doit jamais oublier qu'ils l'ont fait sous l'inspiration divine qui les a prservs de toute erreur dans le choix et l'apprciation de ces documents.

    Mais tout ce qui a t emprunt aux narrations populaires et accueilli dans les Saintes Lettres ne peut absolument pas tre quipar aux mythologies ou aux fables du mme genre, qui procdent bien plutt de l'imagination dnue de tout frein que de ce remarquable souci de vrit et de simplicit qui clate dans les Saintes Lettres, mme de l'Ancien Testament, ce point que nos anciens hagiographes doivent tre proclams nettement suprieurs aux crivains profanes de l'antiquit.

    Ces deux paragraphes sont un monument de fourberie, de pharisasme et d'antivrit. Pie XII est donc cens proposer l'Eglise des arguments imparables pour dfendre "l'historicit" des premiers chapitres de la Gense et prouver l'inspiration divine des Saintes Lettres. Comment s'y prend-il pour mener bien cette tche salutaire indispensable et combattre les ennemis qui se sont introduits dans les Saintes Lettres, comme les termites dans le bois, pour les dtruire de l'intrieur?

    Pour mener bien sa tche de dmolition, Pie XII ne lsine pas sur les moyens. Non seulement il ne nomme pas MOSE, LE RDACTEUR DE LA GENSE, mais il lui substitue d'autorit de mythiques anciens hagiographes aussi anonymes qu'hypothtiques, qu'il faudra donc encore identifier, puisqu'ils sont rests totalement inconnus depuis plus de trois millnaires; et Pie XII confie cette recherche aux "exgtes", c'est--dire ceux qui dissolvent les Ecritures pour rduire nant leur UNIT FONDAMENTALE et leur INSPIRATION DIVINE.

    Mais vers quel but occulte Pie XII dirige-t-il les catholiques? Mose n'tant plus le rdacteur de la Gense, ce n'est plus lui qui doit tre considr comme le GARANT de l'inspiration divine, mais une collection indtermine de parfaits inconnus rdigeant chacun une ou plusieurs bribes du Texte, sans qu'on sache par ailleurs par qui ces bribes auraient t rassembles. Certainement pas par Mose puisqu'il n'est mme pas nomm! Pie XII n'en affirme pas moins de sa propre et seule autorit que tous ces tres mythiques taient investis du charisme de l'Inspiration divine.

    O, enfin, ces tres mythiques, ou du moins totalement inconnus, ont-ils t puiser la matire de leurs diffrents textes? Pie XII l'affirme "avec assurance": en partie "dans les narrations populaires". Comment peut-il et ose-t-il affirmer avec assurance ce qui ne serait tout au plus qu'une hypothse et le demeurera aussi longtemps que ses "anciens hagiographes" n'auront pas t identifis et tant que la preuve n'aura pas t tablie avec toute certitude que tel ou tel passage du texte de la Gense a t crit par tel hagiographe qui l'a emprunt telle ou telle narration populaire, l'inspiration divine se limitant indiquer au mythique hagiographe que telle ou telle narration populaire EST EN TOUTE CERTITUDE UNE VRIT RVLE.

    Le but recherch est donc parfaitement clair: nier implicitement, en ne le nommant pas, que Mose est le Rdacteur de la Gense, attribuer cette rdaction des tres mythiques rests totalement inconnus pendant plus de trois millnaires [et qui le resteront pour l'ternit], pour aboutir au vritable but si inlassablement recherch par la secte occulte qui triomphera au conciliabule de Vatican II: L'OECUMENISME PLANTAIRE BAS SUR LE FAIT QUE LA RVLATION DIVINE SERAIT DIFFUSE PARTOUT. Tel est le but de ce texte abominable, vritable monument de fourberie, de pharisasme et d'antivrit. Exactement l'inverse de ce qu'affirme avec assurance Pie XII, tout catholique authentique doit affirmer que s'il se trouve dans les narrations populaires des bribes de vrit, celles-ci proviennent de la Tradition orale qui s'est transmise depuis Adam jusqu' No, puis de No jusqu' Mose qui a reu l'ordre de la Bouche mme de Dieu - avec qui il s'entretenait face face - de la mettre par crit. Ce que Mose a fait avec une science, une culture, un gnie tellement au-dessus des capacits de l'esprit humain qu'il est possible d'affirmer en toute certitude qu'elle ne lui a pas t "inspire" par Dieu, mais dicte par Dieu, puisqu'il s'entretenait face face avec l'Arbre de Vie  sur le Sina, comme Jsus le remontrera lors de la Transfiguration sur le Thabor.

    Ainsi que le rappelle saint Jrme dans son "Prologus Galeatus - Prologue casqu" [c'est--dire Prologue crit pour la dfense des Textes sacrs], la Gense, l'Exode, le Lvitique, les Nombres et le Deutronome "hi sunt quinque libri Moysi, quos proprie Thora, id est, Legem appelant - Ceux-ci sont les cinq Livres de Mose que (les Hbreux) appellent en terme propre La Thora, c'est--dire Loi". C'est effectivement ce Pentateuque qui constitue La Thora, La Loi, et nul n'a jamais contest que Mose est le Rdacteur de La Thora, de La Loi, le Christ l'affirmant maintes reprises. Il s'agit incontestablement d'une vrit de foi que tout catholique doit croire fermement s'il veut tre sauv. Comme chacun peut s'en rendre compte, ce n'est pas exactement ce qu'enseigne Pie XII... qui jette Mose aux oubliettes...

    Il affirme que ces chapitres ont t crits "dans le style simple et figur", ce qui est exact, "bien appropri l'tat des esprits d'un Peuple peu cultiv", ce qui est totalement faux : un Peuple qui s'est prcisment form dans le sein d'une des plus brillantes civilisations de l'Antiquit, qui nous tonne encore aujourd'hui, tait tout, sauf un "Peuple peu cultiv"... Il parat inutile d'insister sur ce point. Mais il faut toutefois bien signaler que par la connaissance du VRAI DIEU, les Isralites surclassaient et de trs haut l'extraordinaire civilisation dans laquelle leur Peuple s'est form et dvelopp jusqu' former un Etat dans l'Etat avec toutes les consquences tragiques racontes par Mose, qui a lui-mme t lev la Cour de Pharaon, l'une des plus fastueuses et les plus cultives de l'Antiquit.

    Mais Pie XII ajoute que ces premiers chapitres "rapportent... une description populaire de l'origine du genre humain et du peuple lu", dont certains passages auraient t "emprunts aux narrations populaires". Avoir l'audace inoue de prtendre que l'origine du Peuple d'Isral est une "description (ou) narration populaire" dpasse l'imagination... L'origine du Peuple d'Isral c'est la vocation d'Abraham, c'est le Pacte d'Alliance sign par la circoncision, vritable baptme de l'Ancienne Alliance, c'est la naissance miraculeuse d'Isaac, qui est le fils de la FOI d'Abraham, puisque le Pre des croyants est totalement mort pour la procration, tout comme Sara, sa femme, qui a nonante ans ! C'est ensuite par le rit de la circoncision la  transmission tous les descendants d'Abraham, de faon individuelle et personnelle, de la FOI signifie par ce rit charnel et qui est le vritable lment constitutif du Peuple d'Isral. Et si nous savons cela au vingtime sicle, est-ce grce des hagiographes inconnus? Si nous le savons encore, c'est parce que Mose a mis par crit ces faits dans ses cinq Livres, vnrables vieillards qui aprs trente-trois sicles n'ont pas pris la moindre ride, qui ont t traduits en plus de deux mille langues et dialectes et rpandus un nombre incalculable d'exemplaires, des centaines de millions! Incroyable russite pour un texte "bien appropri l'tat des esprits d'un peuple peu cultiv", comme le dclare Pie XII ! En outre, comment cette tradition est-elle parvenue jusqu' Mose ? Par des hagiographes inconnus ? Par des bribes de "narrations populaires" ? comme le prtend Pie XII. Cette tradition s'est transmise d'Abraham Isaac, d'Isaac Jacob, de Jacob ses douze fils et ainsi de suite de pre en fils dans chaque Tribu au point que saint Paul, aprs treize ou quatorze sicles, peut dclarer avec toute assurance qu'il est de la Tribu de Benjamin. C'est assez dire qu'il n'y a dans tout cela pas l'ombre du moindre et plus infime emprunt des "narrations populaires" faites dans le paganisme et ses mythologies. Toute l'histoire expose ensuite dans la Bible est une preuve clatante que chaque fois qu'Isral a voulu emprunter quoi que ce soit aux fables et mythologies du paganisme, Dieu l'en a puni de faon terrible.

    Curieuse faon de dfendre L'INSPIRATION DIVINE d'un texte en ne mentionnant mme pas celui que toutes les Ecritures, toute la Tradition multimillnaire et Jsus Lui-mme dsignent comme tant L'UNIQUE RDACTEUR, dont le visage, lorsqu'il redescendait de la Montagne sacre o il avait prcisment reu dicte de la Loi, rayonnait d'un tel clat, qu'il devait le voiler pour ne pas aveugler compltement ses auditeurs. Or, c'est parce que nous savons que Mose est le Rdacteur de ce texte, que nous possdons la garantie absolue de son Inspiration divine. Nier cette vrit et remplacer Mose par des "anciens hagiographes" qui auraient donc "bricol" le texte de la Rvlation avec des bribes de narrations populaires glanes et l, est un inqualifiable forfait, car le nom de Mose fait partie intgrante du Pentateuque (Thora pour les Hbreux) COMME GARANT INDISCUTABLE DE L'ORIGINE DIVINE DE CES TEXTES. Ce point de notre foi est d'une importance capitale et dcisive puisque ce sont dans ces chapitres que sont rapportes toutes les circonstances de la catastrophe originelle avec leur cause et leurs consquences. C'est le motif pour lequel Dieu a voulu que ces chapitres - les plus importants de toute la Rvlation - soient garantis par un TMOIN INDISCUTABLE prsentant mme dans son corps mortel un reflet de la Lumire divine, afin que personne ne puisse contester l'origine divine de la Loi qu'il apportait au Peuple choisi pour prparer la Venue du Messie clairement prophtis dans l'insondable texte de la Gense. Voil ce qu'un Pape authentique doit dclarer pour dfendre l'inspiration divine des Ecritures. Pacelli prfre enseigner au monde que ce n'est pas Mose le Rdacteur, mais des INCONNUS et qui resteront jamais tels, car ils n'existent pas. Il n'en confie pas moins ses "exgtes" la tche "d'tudier encore et de dterminer" - aprs vingt sicles de christianisme - l'historicit des Ecritures, comme si l'Esprit Saint, depuis plus de trois millnaires, avait oubli de rgler cette question fondamentale sur laquelle repose l'difice complet de toute SA Rvlation. Il faut en toute certitude tre d'un orgueil dmentiel pour mettre en doute le tmoignage de tous les Prophtes et Saints de l'Ancienne Alliance, de tous les Pres, Docteurs et Saints de la Nouvelle Alliance et de Jsus Lui-mme, la Vrit incarne... Son but est donc de tromper les catholiques en toute connaissance du forfait commis, puisqu'il ne peut en aucune faon ignorer que Mose est le Rdacteur du Pentateuque dont la Gense est la partie fondamentale. Comme le nom de Mose fait partie intgrante du Pentateuque, il est par consquent indiscutable que le Dcret du Concile de Trente doit s'appliquer Pacelli :

    Sacrosancta oecumenica, et generalis Tridentina Synodus, in Spiritu sancto legitime congregata... ut sublatis erroribus, puritas ipsa Evangelii in Ecclesia conservetur... sacrorum vero librorum indicem huic decreto adscribendum censuit, ne cui dubitatio suboriri possit, quinam sint, qui  ab ipsa synodo suscipiuntur. Sunt vero infrascripti: Testamenti veteris: QUINQUE MOYSI, id est Genesis, Exodus, Leviticus, Numeri, Deuteronomium... Si quis autem libros ipsos integros cum omnibus suis partibus, prout in Ecclesia catholica legi consueverunt, et in veteri vulgata latina editione habentur, pro sacris et canonicis non susceperit, et traditiones praedictas sciens, et prudens contempserit, ANATHEMA SIT.

[De Canonicis Scripturis, Decretum ex Concilio Tridentino, sessione quarta.]

        Le sacrosaint Synode oecumnique et gnral tridentin, lgitimement convoqu dans l'Esprit Saint... pour que les erreurs ayant t radiques, l'intgrale puret de l'Evangile soit conserve dans l'Eglise... a choisi les livres retenus par ce mme Synode et qui doivent tre inscrits dans la liste des Livres sacrs, et ce, pour que nul doute ne puisse surgir dans l'esprit de qui que ce soit. Cette liste est la suivante: Ancien Testament: LES CINQ LIVRES DE MOSE, qui sont la Gense, l'Exode, le Lvitique, les Nombres, le Deutronome... (suit la liste complte du Canon des Ecritures). Dsormais si quelqu'un ne recevait pas ces Livres comme sacrs et canoniques dans leur intgralit et dans toutes leurs parties, tels qu'ils ont pris force de Loi dans l'Eglise catholique et tels qu'ils sont conservs dans l'ancienne dition latine appele Vulgate, et mprisait sciemment et en toute connaissance de cause les enseignements publis, QU'IL SOIT ANATHME.

        Il est donc de FOI que les CINQ LIVRES DU PENTATEUQUE sont de MOSE et de personne d'autres, car c'est Mose et nul autre qui nous donne la garantie absolue que ces Livres sont d'origine divine et ont t crits sur la base de l'enseignement reu sur le Sina o Mose s'entretenait face face avec Dieu. Mais comme "Humani Generis" fait dsormais partie de l'enseignement officiel de l'Eglise, chaque catholique, s'appuyant sur ce texte, est donc libre de nier purement et simplement que Mose est rellement le Rdacteur du Pentateuque, puisqu'il n'est mme pas nomm par Pie XII : ce qui est UN COMBLE ABSOLU...

Extrait du texte intitul LE PCH ORIGINEL (suite) crit en 1992 par Michel Mottet et envoy au card. Ratzinger entre beaucoup dautres !


Le pape Pie XII et lhrsie de la filiation animale de lhomme.

    Ceux qui ont lu le texte ENSEIGNEMENT DE PIE XII POUR DFENDRE LES CRITURES se poseront certainement la question de savoir pourquoi Pie XII, jette Mose aux oubliettes, niant par le fait mme lInspiration divine des Treize premiers chapitres de la Bible. La rponse est simple : il y tait contraint pour tenter de justifier la position quil adoptait dans la suite de sa dmolition systmatique de la Rvlation, comme il sera dmontr ci-dessous. Pour bien comprendre sa position, il faut se rappeler que nous sommes, au moment de la prparation et de la rdaction dHumani Generis, en pleine campagne dintoxication mene principalement par Teilhard de Chardin et ses innombrables admirateurs pour introduire comme dogme de foi dans lenseignement de lglise la filiation animale de lhomme

    Comment le Magistre officiel de l'Eglise, reprsent en la personne de Pie XII, a-t-il donc ragi au moment o la dernire et la plus monstrueuse de toutes les hrsies cest--dire lvolution entendue dans le sens de filiation animale de lhomme - s'attaquait la cration mme de l'homme, au fondement pos par Dieu l'origine, sans lequel il est impossible de comprendre quoi que ce soit toute l'histoire humaine? Quel a t l'enseignement propos aux catholiques par celui qui faisait alors office de Docteur suprme, au moment o cette hrsie abominable se rpandait comme une trane de poudre dans l'Eglise, notamment par la diffusion sous le manteau des oeuvres dmentielles et dlirantes de ce faussaire de Teilhard de Chardin ? Cet enseignement a t donn par Pie XII dans la Lettre encyclique HUMANI GENERIS du 12 aot 1950, Sur certaines opinions fausses qui menacent de ruiner les fondements de la doctrine chrtienne. Il y dclare notamment :

     Cest pourquoi le Magistre de lEglise ninterdit pas que la doctrine [!!!] de lvolution , dans la mesure o elle recherche lorigine du corps humain partir dune matire dj existante et vivante car la foi catholique nous ordonne de maintenir la cration immdiate des mes par Dieu soit lobjet, dans ltat actuel des sciences et de la thologie, denqutes et de dbats entre les savants de lun et lautre partis : il faut pourtant que les raisons de chaque opinion, celle des partisans comme celle des adversaires, soient peses et juges avec le srieux, la modration et la retenue qui simposent ; cette condition que tous soient prts se soumettre au jugement de lEglise qui le mandat a t confi par le Christ dinterprter avec autorit les Saintes Ecritures et de protger les dogmes de la foi.

    Tout d'abord, contrairement ce qu'affirme Pie XII, le Christ n'a pas confi l'Eglise LE MANDAT D'INTERPRETER AVEC AUTORITE LES SAINTES ECRITURES. Nulle part dans les Evangiles on ne trouve trace dun tel mandat que le Christ aurait donn explicitement ou implicitement. Il a promis lassistance de lEsprit Saint pour rappeler et conserver intact son enseignement et implicitement lexpliquer si ncessaire, cependant toujours sur la base du texte du Donn Rvl. Cest en se fondant sur cette assistance que saint Pierre a dailleurs pu interdire toute interprtation personnelle des Ecritures, tant il est vrai que nulle crature, quelle quelle soit, na le pouvoir dinterprter sa guise la Pense de lEsprit de Vrit, Garant des Ecritures. Il dclare en effet dans sa deuxime Eptre : Cest aussi ce que Paul, notre trs cher frre, vous a crit, selon la sagesse qui lui a t donne ; comme il fait aussi en toutes ses lettres, o il parle de ces mmes choses, dans lesquelles il y a quelques endroits difficiles comprendre, que des hommes ignorants et instables dtournent de leur sens, comme les autres Ecritures, pour leur propre ruine. Cest ce quil avait dj dit au dbut de lEptre propos des textes des Prophtes : Il faut tout dabord comprendre que toute prophtie des Ecritures ne sexplique pas par une interprtation particulire. (II Pi 1, 20 et 3, 15-16). Ces directives sappliquent videmment la totalit des Ecritures. Cest en se fondant sur cette mme assistance de lEsprit Saint, assistance promise par le Christ, que saint Paul recommande avec vhmence de garder le Dpt Rvl, prophtisant dailleurs qu la fin des temps les hommes se dtourneront du Texte sacr pour croire des fables, comme celle de la filiation animale de lhomme, par exemple, devenue une sorte de nouveau dogme pour la secte conciliaire Il lui a confi le mandat de les garder avec un soin jaloux sans en changer le moindre iota. L'Eglise n'a donc pas reu mandat "d'interprter" les Saintes Ecritures, mais d'en donner le sens littral, lorsque les Textes prsentent des difficults et pourraient devenir des sources d'erreurs, car les Ecritures n'ont et ne peuvent avoir QU'UN SEUL sens littral et celui-ci a t donn une fois pour toutes par l'Esprit Saint qui le fera dcouvrir au moment opportun, lorsque certains passages demeurent hermtiques. C'est uniquement dans les cas o il y a interprtation manifestement fausse que le magistre de l'Eglise est seul autoris dclarer le seul vrai sens acceptable pour un catholique.

    Le Texte sacr donne avec prcision lordre dans lequel les tres vivants ont t crs. Il suffit de relire le texte de la Gense pour le constater. Il y a tout dabord la cration de lhomme, Adam, tir du limon de la terre. Il est donc cr en premier et seul, le texte sacr le prcise en toutes lettres, ce que saint Paul rappelle dailleurs. Le Texte sacr dict Mose affirme de faon claire et prcise que ce sont tous les animaux qui ont t crs ensuite. Et pour quil ne puisse pas subsister lombre du moindre doute sur cette question dimportance primordiale, il faut citer le Texte sacr :

18. Le Seigneur Dieu dit aussi : Il nest pas bon que lhomme soit seul : faisons-lui une aide semblable lui-mme.
19. Le Seigneur Dieu forma alors de lhumus tous les animaux de la terre et tous les oiseaux du ciel et les amena Adam, pour quil vt comment il les appellerait et le nom donn par Adam chacun des animaux devint ainsi le nom de chacun deux.
20. Adam appela donc tous les animaux dun nom qui leur tait propre, tant les oiseaux du ciel que les btes de la terre. Mais Adam ny trouva pas une aide qui lui ft semblable.

    Ce nest quaprs la cration de tous les animaux processus qui sest droul pendant une priode indtermine et certainement trs longue - que la femme est son tour cre non pas de lhumus comme lavait t Adam et tous les animaux, mais partir du corps dAdam. (Ajoutons en passant que la dure pendant laquelle sest effectue la cration des animaux et leur spcification par Adam - qui leur donne tous un nom, ce qui veut dire quAdam dans ltat dinnocence en a une connaissance parfaite ne joue aucun rle pour la vrit du rcit, puisque Adam jouit alors du don de limmortalit et en cet tat mille ans galent un jour et un sicle mille millnaires !).

    On voit immdiatement que dans le cas de "l'origine du corps humain", le Texte de l'Ecriture ne prsente pas l'ombre de la moindre difficult, et na pas tre interprt de quelque manire que ce soit, puisqu'il dclare que le corps a t form partir du limon de la terre, et non "d'une matire dj existante et vivante". Le texte de l'Ecriture affirme avec une clart qui ne laisse place aucune interprtation de quelques nature que ce soit que Adam a t cr AVANT tous les animaux, puisque c'est lui, Adam, qui, sur ordre de Dieu, leur donne tous un nom, ce qui veut dire, selon le langage de lEcriture, quil en a la connaissance parfaite. L'Ecriture raconte ensuite de faon prcise et qui ne permet aucune interprtation que Eve est tire d'Adam par la Puissance cratrice de Dieu et non par une quelconque voie sexuelle animale. Ne tenir aucun compte de lordre de la cration donn par lEsprit Saint, Adam cr en premier et seul, puis les animaux et enfin Eve, nest nullement une interprtation mais la falsification dun des textes fondamentaux de la Rvlation. Comme sil appartenait la crature de modifier sa guise lordre de la cration divine !

    On voit clairement ici les astuces diaboliques employes par Pie XII. Tout dabord, en ne nommant pas Mose, le remplaant par des hagiographes compltement inconnus, il ruine la base linspiration divine des Ecritures. Ensuite, il sarroge le droit dinterprter sa guise le Texte sacr, car il sait parfaitement quen crivant ces mots partir dune matire dj existante et vivante il ruine ipso facto lordre de la cration, car il affirme ainsi explicitement et implicitement que cette matire dj existante et vivante ne peut tre quun animal cr AVANT Adam, puisque cest de lui quAdam aurait t tir. A croire quil se prend pour suprieur au Dieu Crateur pour se permettre de modifier lordre de sa cration !

    Vu ce qui prcde il faut affirmer avec force que la foi catholique nous oblige rejeter de faon absolue "la doctrine" de l'volution, entendue comme filiation animale de lhomme car elle nie lordre de la Cration donn par le Texte Sacr. Autoriser des recherches sur cette question - qui est dailleurs hors du domaine de lhistoire et des sciences car aucune personne humaine na assist la Cration - est non seulement illusoire mais de la part dune personne qui se prtend le Vicaire du Crateur un inqualifiable forfait.

    Il est certain que si un vrai pape, vrai Vicaire du Christ, Prototype dAdam, avait proclam la Vrit telle quelle est clairement formule dans la Gense et ne stait pas arrog le droit de bouleverser sa guise lordre tabli par le Crateur, la filiation animale de lhomme ne serait pas devenue une sorte de vritable dogme prtendument scientifique enseign pratiquement dans toutes les coles qui se disent catholiques ! Pie XII ne pouvait pas ne pas penser aux consquences de sa prise de position sur une question aussi fondamentale que lorigine de lhomme. Quel but ultime recherchait-il ? Cest ce qui sera dmontr clairement dans un texte ultrieur : LA NGATION DU PCH ORIGINEL. Quiconque prend la peine de rflchir dduit dailleurs immdiatement que dans la supposition de la filiation animale de lhomme le pch originel devient une contradiction, une impossibilit, une absurdit.

    Mais voici la reprsentation quun vrai catholique se fait et doit se faire dAdam, cr en premier et seul dans linnocence originelle, limage et la ressemblance du Christ, Arbre de Vie, comme lenseigne saint Paul. Nous avons la chance exceptionnelle davoir un condens de tout lenseignement des Pres, des Docteurs et des Saints de lEglise universelle fait par saint Louis Marie Grignon de Montfort au chapitre 3 de son admirable opuscule L'AMOUR DE LA SAGESSE TERNELLE, montrant la splendeur de l'homme cr par l'Amour infini de Dieu et cr l'image et la ressemblance de son Fils unique, Jsus, notre Dieu Crateur, et montrant de mme l'effroyable dchance dans laquelle le pch l'a prcipit. Ce texte devrait tre connu de tout catholique et surtout tre mdit chaque fois qu'il est question de l'origine de l'homme. Il est hors de doute que Pie XII ait pu ignorer un tel texte dune telle importance

     ...Si la puissance et la douceur de la Sagesse ternelle a tant clat dans la cration, la beaut et l'ordre de l'univers, elle a brill bien davantage dans la cration de l'homme, puisque c'est son admirable chef-d'oeuvre, l'image vivante de sa beaut, et de ses perfections, le grand vaisseau de ses grces, le trsor admirable de ses richesses et son vicaire unique sur la terre: "Sapientia tua constituisti hominem, ut dominaretur creaturae quae a te facta est." Sag.  IX, 2.

    Il faudrait ici, la gloire de cette belle et puissante ouvrire (la Sagesse), expliquer la beaut et l'excellence originelle que l'homme reut d'elle lorsqu'elle le cra; mais le pch infini qu'il a commis, dont les tnbres et les souillures ont rejailli jusque sur moi, misrable enfant d'Eve, m'a tellement obscurci l'entendement, que je ne puis que trs imparfaitement en parler.

    Elle fit, pour ainsi dire, des copies et expressions brillantes de son entendement, de sa mmoire et de sa volont, et les donna l'me de l'homme pour tre le portrait vivant de la Divinit; elle alluma dans son coeur un incendie de pur amour pour Dieu, elle lui forma un corps tout lumineux, et elle enferma en lui, comme en raccourci, toutes les perfections diffrentes des anges, des btes et autres cratures.

    Tout dans l'homme tait lumineux sans tnbres, beau sans laideur, pur sans souillures, rgl sans dsordre et sans aucune tache ni imperfection. Il avait pour apanage la lumire de la Sagesse dans son esprit, par laquelle il connaissait parfaitement son Crateur et ses cratures. Il avait la grce de Dieu dans son me, par laquelle il tait innocent et agrable aux yeux du Trs-Haut. Il avait dans son corps l'immortalit. Il avait le pur amour de Dieu dans son coeur, sans crainte de la mort, par lequel il l'aimait continuellement, sans relche, et purement, pour l'amour de Lui-mme. Enfin il tait si divin, qu'il tait continuellement hors de lui-mme, transport en Dieu, sans qu'il et aucune passion vaincre ni aucun ennemi combattre.
   
O libralit de la Sagesse ternelle envers l'homme! O heureux tat de l'homme dans son innocence !

    Mais, malheur des malheurs ! Voil ce vaisseau tout divin qui se brise en mille morceaux; voil cette belle toile qui tombe; voil ce beau soleil qui est tout couvert de boue; voil l'homme qui pche et qui, en pchant, perd sa sagesse, son innocence, sa beaut, son immortalit. Et enfin il perd tous les biens qu'il avait reus et est assailli d'une infinit de maux. Il a l'esprit tout hbt et tnbreux: il ne voit plus rien. Il a le coeur tout glac pour Dieu: il ne l'aime plus. Il a l'me toute noire de pchs: elle ressemble au dmon. Il a des passions toutes drgles: il n'en est plus le matre. Il n'a que la compagnie des dmons: il en est devenu la demeure et l'esclave; il est attaqu des cratures: elles lui font la guerre. Voil l'homme en un instant devenu l'esclave des dmons, l'objet de la colre de Dieu et la victime des enfers !

    Il se parat lui-mme si hideux que de honte il va se cacher. Il est maudit et condamn la mort; il est chass du paradis terrestre et il n'en a plus dans les cieux. Il doit mener, sans aucune esprance d'tre heureux, une vie malheureuse sur la terre maudite. Il y doit mourir en criminel et, aprs sa mort, tre comme le diable, jamais damn dans son corps et dans son me, lui et tous ses enfants.

    Tel est le malheur pouvantable o l'homme, en pchant, tomba; tel est l'arrt quitable que la justice de Dieu pronona contre lui.

    Adam, en cet tat, est comme dsespr; il ne peut recevoir de remde ni des anges ni des autres cratures. Rien n'est capable de le rparer parce qu'il tait trop beau et trop bien fait en sa cration et qu'il est par son pch, trop hideux et trop souill. Il se voit chass du Paradis et de la prsence de Dieu. Il voit la justice de Dieu qui le poursuit avec toute sa postrit; il voit le ciel ferm et l'enfer ouvert et personne pour lui ouvrir l'un et lui fermer l'autre.

N. B. La rfutation de cette monstrueuse hrsie a t faite en 1989 dans ltude intitule LE PCH ORIGINEL, mais sans mention du texte de Pie XII. La rfutation de ce dernier a t faite en 1991 puis 1992 dans ltude LANTI-CHRIST ET LE PCH ORIGINEL.
 

LE PCH ORIGINEL SELON PIE XII

Ces hommes-l peuvent s'tonner que Nous les rangions parmi les ennemis de l'Eglise. Nul ne s'en tonnera avec quelque fondement qui, mettant leurs intentions part, dont le jugement est rserv Dieu, voudra bien examiner leurs doctrines et, consquemment celles-ci, leur manire de parler et d'agir.
Ennemis de l'Eglise, certes ils le sont, et dire qu'elle n'en a pas de pires, on ne s'carte pas du vrai. Ce n'est pas du dehors, en effet, on l'a dj not, c'est du dedans qu'ils trament sa ruine; le danger est aujourd'hui presque aux entrailles mmes et aux veines de l'Eglise; leurs coups sont d'autant plus srs qu'ils savent mieux o la frapper. Ajoutez que ce n'est point aux rameaux ou aux rejetons qu'ils ont mis la cogne, mais la racine mme, c'est--dire la foi et ses fibres les plus profondes. Puis, cette racine d'immortelle vie une fois tranche, ils se donnent la tche de faire circuler le virus par tout l'arbre: nulle partie de la foi catholique qui reste l'abri de leur main, nulle qu'ils ne fassent tout pour corrompre. Et tandis qu'ils poursuivent par mille chemins leur dessein nfaste, rien de si insidieux, de si perfide que leur tactique: amalgamant en eux le rationaliste et le catholique, ils le font avec un tel raffinement d'habilet qu'ils abusent facilement les esprits mal avertis. D'ailleurs, consomms en tmrit, il n'est sorte de consquences qui les fasse reculer, ou plutt qu'ils ne soutiennent hautement et opinitrement.

    Quiconque a lamour de lglise et en connat lhistoire a immdiatement reconnu dans le texte cit ci-dessus le dbut de lEncyclique Pascendi de Pie X par laquelle ce saint Pasteur dnonce et condamne le modernisme et ses auteurs. Croire que le modernisme et ses auteurs ont disparu aprs cette dnonciation et condamnation est une illusion mortelle dont nous vivons actuellement les dernires consquences Saint Pie X ne se faisait pas dillusion ce sujet car il dclarait que ds prise de connaissance de son Encyclique les modernistes staient constitus en socit secrte et continuaient leur travail de sape de lglise catholique sous la bannire de lCUMNISME.

    Pie XII a, lui aussi, crit une Encyclique pour dnoncer les dangers encourus par lglise, puisquil a publi cet effet lencyclique intitule HUMANI GENERIS, SUR QUELQUES OPINIONS FAUSSES QUI MENACENT DE RUINER LES FONDEMENTS DE LA DOCTRINE CATHOLIQUE.

    Ceux qui ont lu les textes Enseignement de Pie XII pour dfendre les critures et Le pape Pie XII et lhrsie de la filiation animale de lhomme se rendent compte immdiatement que la citation de Pascendi est la condamnation implicite et explicite de Pie XII. Elle acquire mme une dimension prophtique, peut-on dire. Sil est une personne qui trame la ruine de lglise depuis lintrieur de Celle-ci, cest bien Pie XII puisquil y occupe le Poste Suprme. Comme le dclare si justement Pie X  ce n'est point aux rameaux ou aux rejetons que (Pie XII) a mis la cogne, mais la racine mme, c'est--dire la foi et ses fibres les plus profondes. Quelle est en effet la racine la plus profonde de la foi sur laquelle est fonde la Doctrine de lglise ? Il nest pas difficile de la trouver, puisquelle est le premier dogme si clairement rdig par les Pres du Concile de Nice : Credo in unum Deum, factorem coeli et terrae, visibilium omnium et invisibilium. Et ce premier dogme nest strictement rien dautre que le rsum des premiers chapitres de la Gense. Ceux-ci sont-ils une sorte de compilation dauteurs inconnus et encore dcouvrir, comme le prtend Pie XII ? Ils sont la Tradition orale transmise depuis Adam, de Patriarches en Patriarches jusqu No, de No jusqu Abraham et de fils en fils jusqu Mose qui, sur le Sina a reu de la Bouche mme de Dieu de fixer cette Tradition par crit pour quelle devienne par sa connaissance et son enseignement la Loi du comportement humain. Telle est la racine de la foi catholique dans ses fibres les plus profondes et le garant incontestable de cette Rvlation divine est, de lavis unanime et de Jsus en Personne, Mose, que Pie XII a laudace impie dignorer comme rdacteur du texte fondamental de la Foi, niant ipso facto lInspiration divine du Texte. Libre chacun de croire ou de ne pas croire cette Rvlation divine, puisque Dieu en crant lhomme lui a donn la libert totale et que ses dons sont sans repentance. Libre donc chacun daccorder sa foi cette Rvlation divine ou dimaginer lorigine de la cration sous la forme dun Big-Bang initial du nant, selon linepte fable actuelle, faisant office de science, pour tenter de contrer ce quils dnomment avec mpris le crationnisme , ce nant originel se muant en crateur volutif de linsondable complexit de tout ce qui existe ! Notons au passage que Pie XII avait t enthousiasm par cette ineptie et dclarait dans un discours : Il semble, en vrit, que la science daujourdhui, remontant dun trait des millions de sicles, ait russi se faire tmoin de ce Fiat Lux initial, de cet instant o surgit du nant avec la matire, un ocan de lumire et de radiations, tandis que les particules des lments chimiques se sparaient et sassemblaient en millions de galaxies Ainsi, cration dans le temps; et pour cela, un Crateur; et par consquent, Dieu ! Le voici, donc encore quimplicite et imparfait le mot que Nous demandions la science et que la prsente gnration attend delle. Comme chacun peut le constater, Pie XII russit lexploit inou dimmerger lternel ou lIntemporel dans le temps, tout comme il a russi celui dexpulser Mose de la Gense.

    Quelle est la deuxime racine la plus essentielle et donc la plus profonde de lglise catholique dont le pape est le garant principal puisque plac au plus haut poste de la hirarchie ? Ici aussi la rponse est facile trouver puisquil sagit du deuxime dogme du Credo que tout chrtien connat et affirme clairement chaque fois quil rcite le Credo depuis sa formulation par le Concile de Nice : Et in unum Dominum Jesum Christum ; Filium Dei unigenitum, cest--dire laffirmation de LA DIVINIT DE JSUS EN TANT QUE FILS UNIQUE ET CONSUBSTANTIEL DE DIEU SON PRE. Si la Gense est la racine la plus profonde commune, lOlivier fondamental du Judasme et du Christianisme, la DIVINIT DU CHRIST est incontestablement celle du Christianisme et plus spcialement du Catholicisme fond sur Simon devenu Pierre fondamentale de lglise par son affirmation TU ES CHRISTUS, FILIUS DEI VIVI. Lorsquune personne a gravi tous les chelons layant conduit au poste de successeur de Pierre, il lui est impossible de passer sous silence Jsus, comme elle lavait fait pour Mose en lui substituant des hagiographes inconnus parce quinexistant. Il faudra donc biaiser et sattaquer la figure de Jsus , cest--dire Adam, qui est forma futuri qui est figure de celui qui doit venir, cest--dire le Christ, comme nous la appris lAptre Paul en Romain V, 14. Pie XII en est tellement peu certain quil autorise la recherche dun autre prototype dAdam dans lanimalit en ignorant sciemment lordre de la cration des tres anims donn dans la Gense. Mme le Talmud et tous les autres crits rabbiniques navaient pas os imaginer cette falsification de la Rvlation faite Mose. Est-il besoin dajouter quune personne qui ignore volontairement lexistence mme de Mose, qui ignore tout aussi sciemment la claire affirmation de saint Paul disant que le premier pre de toute lhumanit est cr limage et la ressemblance de Dieu, faciamus hominem ad imaginem et similitudinem nostram faisons lhomme notre image et notre ressemblance (Gen. I, 26) limage du Christ par consquent et non limage dun animal, ne peut tre le successeur de saint Pierre, si ce nest qu limage de Caphe comme successeur de Mose !

    Aprs avoir ni ipso facto linspiration divine des Ecritures, aprs avoir ni par la simple hypothse de la filiation animale laffirmation inspire de saint Paul, injuri le Crateur, dont il se disait le Vicaire, en le contredisant formellement par le bouleversement de lordre de la cration clairement indiqu Mose et en injuriant galement Adam cr le premier et seul dans la splendeur et innocence originelles et cr limage et la ressemblance de Dieu, Jsus-Christ en qui rside corporellement la plnitude de la Divinit, et non comme volution dun singe, grotesquerie invente par le Singe de Dieu , Lucifer, et inspire par lui ses adorateurs humains, il ne restait plus Pie XII que de tenter de sauver les apparences en affirmant avec force lexistence du dogme du pch originel, si clairement affirm dans la Gense et si clairement mis en lumire par le Prince des Thologiens, saint Paul, qui a reu la Rvlation de la Bouche mme du Seigneur, non plus comme Mose sur la Montagne Sainte du Sina mais dans le Paradis. Voici le texte o Pie XII est cens affirmer ce dogme fondamental en tant que Docteur suprme de lglise fonde sur Pierre, dont lAutorit se transmet par force tous ses successeurs lgitimes, cest--dire ceux qui conservent fidlement la foi de Pierre en la Divinit de Notre Seigneur et le prouvent par la conservation du texte de la Rvlation sans en changer ou modifier le moindre iota et ne le falsifiant pas par des interprtations en totale contradiction avec le texte lui-mme de cette Rvlation.

    Mais quand il s'agit d'une autre vue conjecturale qu'on appelle le polygnisme, les fils de l'Eglise ne jouissent plus de la mme libert. Les fidles en effet ne peuvent pas adopter une thorie dont les tenants affirment ou bien qu'aprs Adam il y a eu sur la terre de vritables hommes qui ne descendaient pas de lui comme du premier pre commun par gnration naturelle, ou bien qu'Adam dsigne tout l'ensemble des innombrables premiers pres. En effet, on ne voit absolument pas comment pareille affirmation peut s'accorder avec ce que les sources de la vrit rvle et les Actes du magistre de l'Eglise enseignent sur le pch originel, lequel procde d'un pch rellement commis par une seule personne Adam et, transmis tous par gnration se trouvant en chacun comme sien.

    Ce texte semble de prime abord dune orthodoxie parfaite. Il nen est rien car ce texte est en fait un tissu de contradictions et aboutit fatalement soit labsurde, soit la ngation du pch originel, soit la gnose lucifrienne. En voici la preuve. Tout dabord le texte de la Gense est particulirement claire concernant ce que Pie XII appelle le polygnisme puisquelle dclare en toutes lettres : Il nest pas bon que lhomme soit SEUL . La Gense exclut demble lhypothse envisage de la multiplicit des pres.

    Ensuite, on ne peut que sindigner en constatant le cynisme de Pie XII la lecture de cette phrase : en effet on ne voit absolument pas comment cette affirmation peut saccorder avec ce que les sources de la vrit rvle et les Actes du magistre de lglise enseignent sur le pch originel LA source primitive et unique o nous est rvle la faute originelle commise par ve tout dabord sur tentation de Satan et par Adam ensuite sous tentation dve est prcisment LA GENSE, crite par Mose sous dicte de Dieu sur le Sina, ce Mose jet aux oubliettes par ce mme Pie XII. La source primitive du Magistre de lglise est lenseignement de saint Paul dans ses ptres et notamment en Romains, chapitre V, ces points essentiels de notre foi ayant t tout particulirement mis en lumire par les Dcrets du Concile de Trente, auxquels Pie XII se garde bien de faire rfrence, tout comme la citation essentielle de saint Paul, explicitant la dclaration de la Gense.

    En outre, tout catholique sait que le pch originel se transmet par la gnration charnelle comme lenseigne le catchisme du Concile de Trente sur la base des dcrets dudit Concile. Tout le monde sait, et pas seulement les catholiques, que cette transmission de la vie par voie charnelle, cest--dire sexuelle, est naturelle pour les animaux et cette voie a donc t institue par le Crateur dans leur nature. Il serait donc absurde de dire que les animaux transmettent, en se reproduisant charnellement, sexuellement, un quelconque pch ! Donc, si lhomme tait le fruit dune hypothtique volution dun animal, les lois tablies par Dieu, qui rgissent les animaux, rgiraient obligatoirement les hommes, y compris pour leur reproduction. La consquence logique est quil est absurde de parler de transmission dun pch originel pour les hommes, ce qui quivaut nier lexistence dun tel pch pour lhomme, volution normale de lanimal. (Il est noter que lexpression pch originel nest employe ni dans la Gense ni dans les ptres de saint Paul ni ailleurs dans les critures).

    Si lon veut malgr tout sauver les apparences et maintenir comme dogme ce pch originel, ce que fait Pie XII, il ny pas dautre possibilit que den rendre Dieu responsable ! Il aurait t institu par Dieu, mais seulement pour les hommes. Ce qui est une absurdit double dun pouvantable blasphme contre la Majest, la Saintet, la Justice infinies de Dieu qui ne saurait tre lAuteur dun mal !

    Tout lecteur attentif de ce texte dcouvre donc que lexpression gnration naturelle est la cl permettant de comprendre lintention de Pie XII crivant un texte dune telle importance. En proscrivant ladjectif charnel intentionnellement, sciemment, en toute connaissance des consquences de cette proscription, Pie XII sait en toute certitude quil affirme par l quil ny aurait quun seul mode de cration-reproducion des tres et ce mode est donc celui employ par Dieu pour les animaux et exclusivement celui-l. Peut-on imaginer quil ne savait pas que Adam, puis Eve, puis la Vierge Marie et Jsus nont pas t conus par ce mode ?! Certainement pas. Cest assez dire que ds linstant o il est question du pch originel et de sa transmission ladjectif CHARNEL doit obligatoirement tre utilis. Sans cette prcision, Dieu tant le seul Auteur de la nature, il est impossible de ne pas conclure que cest Dieu qui de faon dlibre a inscrit le pch originel dans la nature de lhomme. Mais une telle assertion nest en toute certitude que lexpression de la gnose lucifrienne.

    On le comprendra mieux si lon reprend le dbut du texte analys o Pie XII dclare au sujet des premiers chapitres de la Gense quils ont t crits par des hagiographes dans le style simple et figur, bien appropri ltat des esprits dun peuple peu cultiv. Une telle phrase applique un Texte auquel se rfre en maintes occasions le Christ en Personne, en se rfrant son Rdacteur Mose, qui a suscit des milliards de commentaires depuis des millnaires, qui a t combattu, tourn en drision, mpris par tous les ennemis de Dieu et aujourdhui plus que jamais, est vraiment quelque chose de tellement insolite et insens sous la plume dune personne qui se prsente comme le Vicaire du Christ, que nous sommes bien obligs dessayer de discerner la cause dun tel mpris du Texte fondamental de notre Foi de la part de celui qui est cens la dfendre, comme il le dclare dailleurs dans le titre en affirmant que Humani Generis a t crit pour dnoncer quelques opinions fausses qui menacent de ruiner les fondements de la doctrine catholique. Lintention est tout fait claire : faire croire que depuis sa rdaction, il y a des millnaires, par des hagiographes , crivant pour des esprits dun peuple peu cultiv, les esprits du XXe sicle ont volu et ne peuvent plus se contenter dun tel simplisme . Ce nest rien dautre que la thse de base du modernisme qui permet ainsi de considrer comme caduque le texte fondamental de la Foi pour pouvoir la remplacer par leurs fumeuses thories. Pourquoi cet acharnement dmolir de toutes les faons possibles un texte prtendument caduque et tout juste bon pour des dbiles mentaux nayant pas volu au rythme des Sciences ? Une telle position est trs exactement celle de Teilhard de Chardin et nest strictement rien dautre que la gnose lucifrienne de mise en doute de tout comme Satan lavait suggr ve au Paradis terrestre qui en a persuad Adam entranant ainsi tous leurs descendants dans la mort. Ce point sera trait dans un texte ultrieur.

Michel Mottet

 
(c) 2004-2018 brainsquad.de