54. Jahrgang Nr. 1 / Januar 2024
Datenschutzerklärung | Zum Archiv | Suche




Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2023
Zeige mir, Herr, deine Wege, lehre mich deine Pfade!“ (Psalm 5,4)


Ausgabe Nr. 11 Monat Dezember 2004
Neues aus der Konzilskirche


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2004
Franz Nomista: Stellungnahme zur Frage: Welches ist die zentrale Häresie der sog. 'Konzils-Kirche?


Ausgabe Nr. 6 Monat Juli 2004
Craig Heimbichner: Die talmudistische Note - Die wahre Geschichte der Ersetzung des Offertoriums


Ausgabe Nr. 6 Monat Juli 2004
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2005
Zum Tode von Johannes Paul II.


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2005
Die Krise der Kirche ist hausgemacht


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
Habemus Papam?


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
Anhang: Ratzingers Stellungnahme zu verschiedenen Themen


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
Die Krise des Glaubens und der Verfall der röm.-kath. Kirche


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
Eine kritische Analyse von Ratzingers Dominus Jesus


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
Gloria olivae - Joseph Ratzinger - Benedikt XVI.


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
'Exkommunikation' von S.E. Erzbischof Ngô-dinh-Thuc durch 'Kardinal' Ratzinger


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NAHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 9 Monat November 2004
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2004
L’ERREUR FONDAMENTALE DE VATICAN II


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2004
Remarques connexe


Ausgabe Nr. 8 Monat Oktober 2004
¿Cual es la herejsi­a central de asi ­ llamada


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2004
EL ERROR PRINCIPAL DEL VATICANO II


Ausgabe Nr. 10 Monat Dezember 2004
Remarques connexe


Ausgabe Nr. 5 Monat August 2005
Rundschreiben Mediator Dei et hominum, Vorwort/Gliederung


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
Zur aktuellen Situation


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
NACHRICHTEN ZUM AKTUELLEN GESCHEHEN...


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
Zur theologischen Position von Kardinal Ratzinger


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
Das Konzil und der viel zitierte Heilige Geist - mit Blick auf Parallelen im Mittelalter


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
Das II. Vatikanische Konzil und die theologische Sprachverwirrung


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
Ein terminologisches Dilemma


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2005
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 7 Monat Dezember 2005
Zur Theologie und Philosophie Joseph Ratzingers


Ausgabe Nr. 7 Monat Dezember 2005
Clemens August Kardinal Graf von Galen


Ausgabe Nr. 7 Monat Dezember 2005
Unfreundliche Betrachtungen


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
HABEMUS PAPAM?


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
Sobre la situación actual de la Iglesia


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
A propos de la situation actuelle de l’Eglise


Ausgabe Nr. 11 Monat december 2005
A commentary on the present situation of the Church


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2006
Am Scheideweg


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2006
Brief an die Redaktion


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2003
Häresie der Formlosigkeit. Die römische Liturgie und ihr Feind


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2003
Über das Papsttum der Römischen Bischöfe


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2003
Über das Papsttum der Römischen Bischöfe


Ausgabe Nr. 6 Monat Juli 2003
Zur derzeitigen Situation der Kirche


Ausgabe Nr. 7 Monat September 2003
Der Hauptirrtum des II. Vatikanums: extra Ecclesiam salus est


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
Sobre la situación actual de la Iglesia (esp.)


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
A propos de la situation actuelle de l’Eglise (fr.)


Ausgabe Nr. 8 Monat October 2003
A commentary on the present situation of the Church (engl.)


Ausgabe Nr. 1 Monat März 2002
Zitate


Ausgabe Nr. 1 Monat März 2002
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 5 Monat September 2002
Die göttliche Wahrheit erkennen


Ausgabe Nr. 6 Monat November 2002
Über das Papsttum der Römischen Bischöfe


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
Dominus Jesus


Ausgabe Nr. 7 Monat Diciembre 2001
ESSERE CRISTIANI SENZA CHIESA ?


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2001
Unerwartete


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2001
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 1 Monat April 2001
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 4 Monat September 2001
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2001
DIE SCHÖPFUNG - EIN GÖTTLICHER PLAN - Buchbesprechung


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2000
¿SER CRISTIANO SIN IGLESIA? - UNA PONENCIA-


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
Bewegung für die gegründet


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
Zur Veröffentlichung des 3. Geheimnisses von Fatima


Ausgabe Nr. 4 Monat Nov.-Doppel-Nr.4/5 2000
ESSERE CRISTIANI SENZA CHIESA ?


Ausgabe Nr. 7 Monat März 2001
Dominus Iesus


Ausgabe Nr. 7 Monat März 2001
Lettera a cristiani preoccupati (ital)


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1999
OFFENER BRIEF AN DIE PFARREI HARTKIRCHEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1999
CHRIST SEIN OHNE KIRCHE?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1999
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1999
Brief an besorgte Christen


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1999
Warum die Einsicht Ecône unterstützt


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1999
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 2000
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1998
ÖKUMENE - QUO VADIS?


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1998
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1999
Brief an besorgte Christen


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2006
In der Diaspora


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2006
Die Rechtfertigung - Stellungnahme


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2006
Der Protestantismus und seine ökumenische Aufwertung


Ausgabe Nr. 3 Monat April 2006
Leserbriefe zu dem Artikel


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1997
ÖKUMENE ?


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1997
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
Gott, von dem ich nicht einmal weiß, ob er überhaupt existiert


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1998
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1993
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1994
WAS BEDEUTET DIE UNZERSTÖRBARKEIT DER KATHOLISCHEN KIRCHE?


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1996
EIN SOLCHER RELIGIONSUNTERRICHT VERDIENT NICHT SEINEN NAMEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1996
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 4 Monat November 1996
CLOQUELL ZUM BISCHOF KONSEKRIERT ?


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1996
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1997
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1995
Nachruf auf Herrn Dr. Carlos Disandro


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1995
NUR NOCH AUSLAUFMODELL?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1994
DER WEIHERITUS PAULS VI. IST UNGÜLTIG...


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1994
Gegen den atheistischen Übermenschen


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1994
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 5 Monat März 1995
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1992
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 1992
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1992
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 4 Monat Mai 2006
Brief an die treuen Bewahrer des kath. Glaubens


Ausgabe Nr. 4 Monat Mai 2006
Ratzinger/Benedikt XVI. im Visier


Ausgabe Nr. 4 Monat Mai 2006
Leserbriefe zu dem Beitrag Am Scheideweg


Ausgabe Nr. 4 Monat Mai 2006
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1991
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1991
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1992
ANKUPPLUNG POSTHUM?


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1990
DAS RÄTSEL UM MGR. M. LEFEBVRE


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1989
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1990
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Januar 1989
DIE KRISE DES GLAUBENS UND DER VERFALL DER RÖM.-KATH. KIRCHE


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2005
DIE KRISE DES GLAUBENS (Fortsetzung


Ausgabe Nr. 6 Monat Januar 1989
DIE KRISE DES GLAUBENS (Fortsetzung


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1988
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1988
S C H I S M A ?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1988
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1988
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 8 Monat März 1989
ERKLÄRUNG NICHT WIDERRUFEN


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai/Juni 1987
DAS DRITTE GEHEIMNIS VON FATIMA


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai/Juni 1987
TRADITION - WIRKLICHKEIT, PHANTASIE ODER BETRUG?


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1987
NACHRICHT, NACHRICHT, NACHRICHT...


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1987
ECONE UND ROM


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1987
ÜBERLEGUNGEN ZUM VATIKAN-DOKUMENT ÜBER BIO-ETHIK


Ausgabe Nr. 6 Monat März 1988
NEW AGE


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1986
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1986
EINE DOGMATISCHE ANALYSE ... u.a. AUFSÄTZE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1986
THEOLOGISCHES AUS ECONE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1986
INKONSEQUENZEN, INKONSEQUENZEN... BRIEEFWECHSEL


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1986
LEX CREDENDI, LEX ORANDI... - ODER NICHT ?


Ausgabe Nr. 5 Monat Januar 1987
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1985
DER LETZTE BETRUG ROMS


Ausgabe Nr. 1 Monat April 1985
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 1985
EINE REFORM DER KONZILIAREN REFORMEN


Ausgabe Nr. 3 Monat Juli 1985
OFFENER BRIEF


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1985
BRIEF VON HERRN PROF. DR. D. WENDLAND AN DIE REDAKTION


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar/März 1986
EINE REFORM DER REFORMEN ?


Ausgabe Nr. 5 Monat Juli 2006
Unsere 'zahlreichen Mitstreiter' oder: der tiefe Graben


Ausgabe Nr. 5 Monat Juli 2006
Fastenpredigt 2006


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1984
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2013
Die Irrtümer des II. Vatikanums und ihre Überwindung


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 1984
NACHLESE ZUM SOG. NEUEN 'KIRCHENRECHT'


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1984
LESERBRIEF: ZUR UNRECHTMÄSSIGKEIT DER WAHL VON MGR. K. WOJTYLA


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1984
ZUR SOG. 'WIEDERZULASSUNG' DER (TRIDENTINISCHEN) MESSE


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1985
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2006
5. Brief an die treuen Bewahrer des katholischen Glaubens


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2006
Diaspora


Ausgabe Nr. 6 Monat Oktober 2006
Wenn die Kirche nicht göttlich wäre...


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1983
DIE ANGRIFFE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1983
Die Wojtylanische Diktatur


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1983
Bekanntmachung der Kongregation für die Glaubenslehre


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1983
ERZBISCHOF NGO DINH THUC 'EXKOMMUNIZIERT'


Ausgabe Nr. 3 Monat August 1983
Die Wojtylanische Diktatur


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1983
MODERNE 'KIRCHEN'GESCHICHTE - EIN RÜCKBLICK


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1983
Die Wojtylanische Diktatur


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1983
HELDEN MIT AUSZEICHNUNG UNERWÜNSCHT


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1984
MARGINALIEN ZUM LUTHER-JAHR


Ausgabe Nr. 2 Monat August 1982
NACHRICHTEN... NACHRICHTEN... NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 1982
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN...


Ausgabe Nr. 5 Monat Februar 1983
WIE ECONE DIE KIRCHE ERNEUERT - EIN OFFENBARUNGSEID


Ausgabe Nr. 6 Monat März 1983
ERSTES SELBSTÄNDIGES DENKEN ODER HEUCHELEI ?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1981
SIND DIE NEUEN WEIHERITEN NACH VATIKANUM II GÜLTIG?


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1981
ÜBER H.H. RATZINGER, DER BEANSPRUCHT, BISCHOF VON MÜNCHEN ZU SEIN


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1981
MODERNISMUS UND REFORMKATHOLIZISMUS


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1982
LEFEBVRE AM ZIEL SEINER WÜNSCHE ?


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1982
KLERIKALES SCHEINGEFECHT


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1982
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1980
EINSICHT!


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1980
ANTWORT VON H.H. PFARRER HANS MILCH


Ausgabe Nr. 4 Monat Oktober 1980
REPONSE DE HR L'ABBE HANS MILCH AUX QUESTIONS


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1980
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1980
OFFENER BRIEF EINES GLÄUBIGEN PROTESTANTEN


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1981
DIE NEUE PRIESTERWEIHE IST KEIN KATHOLISCHER RITUS MEHR


Ausgabe Nr. 7 Monat Dezember 2006
Und ihr werdet sein wie Gott


Ausgabe Nr. 3 Monat September 1979
MIT DER ZEIT ÜBERNEHMEN WIR, ECONE, ALLE MESSZENTREN!


Ausgabe Nr. 1 Monat Juni 1978
WIE LANGE WILL DR. KLAUS GAMBER UNS NOCH TÄUSCHEN?


Ausgabe Nr. 1 Monat Juni 1978
VOX FIDE


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1978
DESWEGEN SIND WIR PROTESTANTEN GEWORDEN


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1978
MITTEILUNGEN DER REDAKTION/LESERBRIEFE


Ausgabe Nr. 3 Monat Oktober 1978
DE MORTUIS NISI BENE ? ZU MONTINIS TOD


Ausgabe Nr. 4 Monat November 1978
HÜTET EUCH VOR DEN FALSCHEN PROPHETEN !


Ausgabe Nr. 4 Monat November 1978
DIE KIRCHE ALS DIE WAHRE INSTITUTION DES HEILS


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1978
JOHANNES PAUL II.


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1978
SIE LÜGEN, PATER WERENFRIED


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1979
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1979
DIE FOLGENSCHWERE KRISE DER KIRCHE


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1979
SEKTE MIT IMPRIMATUR


Ausgabe Nr. 1 Monat Mai 1977
DER 'VON NIEMANDEM DIRIGIERTE' KONZILSBERATER JOSEF RATZINGER


Ausgabe Nr. 2 Monat Juli 1977
DIE SITUATION DER KIRCHE IN EINER UNBEKANNTEN VISION DER ANNA KATHARINA EMMERICK


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1977
MITTEILUNGEN DER REDAKTION


Ausgabe Nr. 5 Monat Dezember 1977
SACRIFICIUM INTELLECTUS


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1978
KIRCHENZERSTÖRER - EINST UND HEUTE


Ausgabe Nr. 6 Monat Februar 1978
GEGENWART DER KIRCHE IN DER WELT


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1978
NACHRICHTEN, NACHRICHTEN, NACHRICHTEN


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1978
NIE ETWAS NEUES: DER 'ÜBERHOLTE MODERNISMUS'


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2007
Übermächtiges Schweigen


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2007
Hohlheit bis zum Unsinn ?


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2007
Betrachtungen über die erste Enzyklika Benedikts XVI.


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
EN LA ENCRUCIJADA


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
À la croisée des chemins


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
At the crossroads


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
Y seréis como Dios (Gn. 3, 5)


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2007
And thou wilt be like God (Gen. 3,5)


Ausgabe Nr. 7 Monat April 1977
FAULE FRÜCHTE


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2007
Die Prophezeihungen des Herrn von Cazotte


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2007
Mitteilungen der Reaktion


Ausgabe Nr. 56 Monat August/Sept. 1974
TU ES PETRUS


Ausgabe Nr. 9 Monat Dezember 1974
CORNELIUS UND CYPRIAN


Ausgabe Nr. 12 Monat März 1975
DIE EHEZWECKE


Ausgabe Nr. 3 Monat Mai 2007
Ratzinger und die heidnischen Sexual-Götter


Ausgabe Nr. 3 Monat Mai 2007
Ratzinger und die heidnischen Sexual-Götter, Forts.


Ausgabe Nr. 9 Monat Dezember 1973
DER ANTIMODERNISTENEID


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Carta a Su Eminencia el obispo XXX


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Letter to His Excellency xxxx


Ausgabe Nr. 13 Monat September 2007
Et vous serez comme Dieu


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Brief an einen Bischof...


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
... und eine bittere Bilanz


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Das freimaurerische Prinzip


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Rückkehr zur überlieferten Liturgie?


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Leserbrief zu: Drei heilige Bücher


Ausgabe Nr. 5 Monat Oktober 2007
Die Falle der Motu-Proprio-Messe


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Über die Menschwerdung Christi


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Der große Glaubensabfall am Ende der Zeiten...


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Wo zwei oder drei in Meinem Namen versammelt sind


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Das Motu Proprio – nüchtern betrachtet


Ausgabe Nr. 6 Monat Dezember 2007
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 14 Monat February 1984
NOUVELLE POLITIQUE D'AUTONOMIE OU HYPOCRISIE?


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
THE SO-CALLED 'EXCOMMUNICATION' OF H.E. ARCHBISHOP NGÔ-DINH-THUC


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
Letter of Bishop Louis Vezelis, O.F.M. D.D.


Ausgabe Nr. 12 Monat July 1983
REPONSE DE M. L'ABBÉ MILCH A LA LETTRE OUVERTE DU M. HELLER


Ausgabe Nr. 13 Monat Oktober 1983
FIRST SIGN OF INDEPENDENT THINKING OR HYPOCRISY?


Ausgabe Nr. 11 Monat April 1983
AGAINST THE 'PROPHECY' OF THE SO-CALLED 'ROMAN CATHOLIC'


Ausgabe Nr. 14 Monat Oktober 1981
REMARQUES CONNEXES


Ausgabe Nr. 12 Monat June 1980
Vox FIDEl: LA VOIX DE LA FOl OU L'ORGANE DES SOUHAITS


Ausgabe Nr. 11 Monat August 1982
ANSWER OF REVEREND FATHER HANS MILCH


Ausgabe Nr. 1 Monat März 2008
Ich glaube an die heilige katholische Kirche, die Gemeinschaft der Heiligen.


Ausgabe Nr. 1 Monat März 2008
Die DITIB


Ausgabe Nr. 12 Monat März 2008
I believe in the holy Catholic Church, the communion of saints


Ausgabe Nr. 12 Monat März 2008
Apostasía y Confusión


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
ENSEIGNEMENT DE PIE XII POUR DÉFENDRE LES ÉCRITURES


Ausgabe Nr. 13 Monat April 2008
The second Book of accusation for heresy against the author of the new Catechism from 1992


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2008
Ich leide keinen Mangel


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2008
Der schmerzliche 'Ehebruch' der 'Braut Christi'


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2008
Gegendarstellung


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2008
Nachrichten, Nachrichten, Nachrichten...


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2008
Die prinzipielle Offenbarung Gottes und die konkrete Offenbarung


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2008
Anmerkungen zur subsistit-in-Lehre


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2009
Anmerkungen zur Fastenzeit 2009


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2009
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2009
Die Holocaust-Latte liegt zu hoch!


Ausgabe Nr. 11 Monat Mai 2009
The Holocaust Bar is too High


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2009
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2009
Weihnachtsbrief 2009


Ausgabe Nr. 13 Monat Diciembre 2009
Christmas Letter 2009


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2010
Ist die Religionsfreiheit ein Naturrecht?


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2010
In der 'Mitte' angekommen - Beliebigkeit als Prinzip


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2010
Verhandlungen mit Rom (Fortsetzung)


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2010
Verhandlungen mit Rom (Fortsetzung 2)


Ausgabe Nr. 11 Monat giugno 2010
Al crocevia


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2010
Im Eiltempo vom Abseits ins Aus


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2010
Kampf der 'political correctness'


Ausgabe Nr. 11 Monat Februar 2011
A. 6. c. Die nach dem Kirchenrecht den ‚Neuerern’ zukommende Stellung.


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
E sarete come Dio (Gn. 3, 5)


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
A proposito della situazione attuale della Chiesa


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
Al crocevia


Ausgabe Nr. 13 Monat June 2011
SOBRE LA REALIDAD Y LA EXITENCIA DEL PURGATORIO


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2011
Vom Sinn der Schöpfung


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2011
Die Grundhäresie Johannes Pauls II.


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2011
Benedikt XVI. - in den Klauen der verborgenen Hände


Ausgabe Nr. 3 Monat Sptember 2011
Gott ist die Liebe


Ausgabe Nr. 3 Monat Sptember 2011
Antwort auf einen Angriff gegen den Sedisvakantismus


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2011
Der Wiederaufbau der Kirche als Institution


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2011
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2012
Verwechslung mit Folgen


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2012
Offene Fragen an Abbé Schmidberger


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2012
Weder Vertrauen noch Eifer noch Methode


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2012
Anmerkungen zur kirchlichen Situation


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
Erneut auf dem Prüfstand


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2012
Das Ankupplungsmanöver


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2012
Gott wird Mensch - Weihnachten 2012


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2012
Hart, aber fair - ein Briefwechsel zur aktuellen kirchlichen Situation


Ausgabe Nr. 1 Monat März 2013
Null und nichtig – der Ritus der Bischofsweihe von 1968


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2013
Habemus Papam? Zur Wahl von Jorge Mario Bergoglio


Ausgabe Nr. 2 Monat Juni 2013
Mitteilungen der Redaktion, Hinweise


Ausgabe Nr. 4 Monat Dezember 2013
Ist Jesus Christus der Sohn Gottes?


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2014
Wie Christus als Gottes Sohn erkannt werden kann - weiterführende Betrachtungen


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2014
Gott will, daß alle Menschen gerettet werden


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2014
Mitteilungen der Redaktion, Hinweise


Ausgabe Nr. 3 Monat August 2014
Die Frage bleibt: Ist Jesus Christus der Sohn Gottes?


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2015
Noch einmal: Gehört der Islam zu Deutschland?


Ausgabe Nr. 4 Monat September 2015
Die Irrtümer des II. Vatikanums und ihre Überwindung durch die Erkenntnis Christi als Sohn Gottes


Ausgabe Nr. 4 Monat September 2015
Fortsetzung I: Wie Christus als Gottes Sohn erkannt werden kann - weiterführende Betrachtungen


Ausgabe Nr. 5 Monat November 2015
Du sollst nicht falsches Zeugnis geben wider deinen Nächsten - Internet - Segen oder Fluch?


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2016
Mitteilungen der Redaktion


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2017
Buchbesprechung:


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2017
Der Verrat am Christentum – Islam und Vatikanum II


Ausgabe Nr. 2 Monat April 2018
Christus ward für uns zur Sünde.


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2019
Himmelfahrt Christus im Herzen


Ausgabe Nr. 2 Monat Mai 2019
Ich rufe dich bei Deinem Namen: Mein bist Du


Ausgabe Nr. 3 Monat September 2019
Mitstreiter gesucht – Brief an einen Konservativen


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2020
Papa contra Papam


Ausgabe Nr. 2 Monat März 2020
Quo vadis?


Ausgabe Nr. 3 Monat Mai 2020
Gedanken zu „Einsicht“, Sept. 2015, Dr. E. Heller


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
The Errors of Vatican II and their defeat through Recognizing Christ as Son of God


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
Is Jesus Christ the Son of God?


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
How Christ can be recognized as Son of God – further reflections


Ausgabe Nr. 4 Monat Juni 2020
The Question remains: Is Jesus Christ the Son of God?


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Los errores del Vaticano II y su superación gracias al conocimiento de Cristo como Hijo de Dios


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
¿Es Jesucristo el Hijo de Dios?


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Cómo se puede conocer a Cristo como Hijo de Dios: nuevas consideraciones


Ausgabe Nr. 5 Monat Juni 2020
Queda por responder la pregunta «¿es Jesucristo el Hijo de Dios?»


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Jésus-Christ est-il le Fils de Dieu?


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Comment le Christ peut être reconnu comme le Fils de Dieu


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
La question demeure: Jésus-Christ est-il le Fils de Dieu?


Ausgabe Nr. 6 Monat Juni 2020
Les erreurs de Vatican II


Ausgabe Nr. 7 Monat Juli 2020
Veni Creator Spiritus


Ausgabe Nr. 7 Monat Juli 2020
Buchbesprechung:


Ausgabe Nr. 1 Monat Februar 2021
Vom Ende der Zeiten


Ausgabe Nr. 2 Monat März 2021
Buchbesprechung


Ausgabe Nr. 1 Monat Januar 2023
Leserzuschrift von + Elija


À la croisée des chemins
 
À la croisée des chemins

Eberhard Heller


Si l’on pouvait encore avoir le sentiment (notons-le bien : le sentiment !) qu’il y avait quelque chose comme une résistance contre les prétendues réformes vaticanes (il y a belle lurette qu’on ne parle plus de reconstruction de l’Église, de sa restauration comme institution du salut), eh bien, ce sentiment s’est rapidement volatilisé comme la brume sous le soleil depuis l’entrée en fonctions de Ratzinger/Benoît XVI. Presque tous ceux qui auparavant s’étaient montrés critiques vis-à-vis de Jean-Paul II et avaient mis au jour ses comportements insupportables, se sont non seulement réunis pour reconnaître Ratzinger comme occupant légitime de la chaire de Pierre, mais encore ils le considèrent comme un pape conservateur alors que ces mêmes personnes ou groupements avaient émis sur sa théologie des reproches semblables aux nôtres. On a donc trouvé une sorte d’arrangement. Si on pouvait constater sous Jean-Paul II des errements continus aux marges de l’orthodoxie, cela venait du fait que celui-ci produisait suffisamment de scandales et de quoi mettre le feu aux poudres (p.ex. le baiser du Coran, ce qui indiquait pour un musulman la soumission à l’Islam) ; cela ne déclenchait pas seulement la furie des chrétiens conservateurs mais encore l’incompréhension de journalistes vaticanistes parvenus tels que Messori. Sous l’égide de Ratzinger, ces temps des scandales perpétuels font désormais partie du passé…et ont aussi fait disparaître avec eux le « sentiment » d’opposition.

Après donc que les gens d’Écône se sont inclinés devant lui tout en manifestant la prétention de ramener à l’orthodoxie leur pape Benoît XVI, un accord avec ce dernier devrait être prêt pour signature dès avant Pâques. Celui-ci prévoit, paraît-il, d’autoriser à nouveau l’ancienne messe, ce qui ne devrait présenter aucune difficulté pour Ratzinger, lui qui avait d’ailleurs qualifié d’horreurs les réformes liturgiques pendant Vatican II. (En contrepartie, les gens d’Écône devraient arrêter de grogner contre les décisions de Vatican II).

Vu la soumission générale d’aujourd’hui, il est devenu pratiquement impossible de faire encore comprendre à quelqu’un que nous maintenons notre affirmation que Ratzinger n’est pas un pape légitime. Même si l’on nous écoute encore avec quelque intérêt quand nous justifions notre affirmation avec la position théologique de Ratzinger, le reproche d’arianisme ne fait plus d’impression sur personne. On nous dit alors que c’est une pure spéculation théologique qui n’affecte en rien la légitimité de ce pape éduqué, cultivé, avenant, compréhensif et généreux. Eh quoi ! Comment le pourrait-elle d’ailleurs !?

Maintenant, il vient de publier sa première encyclique Deus caritas est dans laquelle il présente de si belles phrases sur l’amour : « ‘‘Dieu est amour, et quiconque demeure dans l’amour, celui-ci demeure en Dieu et Dieu demeure en lui ’’ (1. Jn 4, 16). Dans ces mots de la première épître de Jean se trouve exprimé avec une clarté remarquable le centre de la foi chrétienne, l’image chrétienne de Dieu et partant l’image de l’homme et de sa voie ». Ou quand il définit à partir de l’amour de Dieu l’être-même de l’Église :
« 25. Arrivés à ce point nous reconnaissons fermement deux éléments essentiels à partir de nos réflexions :
a) L’être de l’Église s’exprime par une triple mission : prédication de la parole de Dieu (kerygma – martyria), célébration des sacrements (leiturgia), service de l’amour (diakonia). Ce sont des tâches qui se conditionnent les unes les autres et qui ne se laissent pas séparer les unes des autres. Pour l’Église le service de l’amour n’est pas une sorte d’activité de bienfaisance, que l’on pourrait aussi confier à d’autres, mais elle appartient à son être, il est une expression de son être à laquelle il lui est impossible de renoncer.
b) L’Église est la famille de Dieu dans le monde. Dans cette famille, il ne doit y avoir personne dans la détresse. Mais en même temps la Caritas-Agape va au-delà des limites de l’Église : la parabole du bon Samaritain reste la référence et commande l’universalité de l’amour, qui se tourne vers celui qui a besoin et que l’on rencontre « par hasard » (cf. Lc 10, 31), qui qu’il soit. Nonobstant cette universalité du commandement de l’amour, il existe bien une mission spécifique de l’Église, à savoir celle de l’Église en tant que famille dans laquelle (www.vatican.va/offices/papal_docs_list_ge.html en français???)

Qui va parler d’hérésie en lisant de telles lignes ? N’est-il pas vrai que Ratzinger réclame ici quelque chose à bon droit, à savoir l’amour du prochain entre les chrétiens et aussi envers les non-chrétiens ? Dans les cercles traditionalistes, où cet amour est-il pratiqué? Je ne fais que penser aux calomnies sans nombre auxquelles on est constamment confronté dans le cercle de ses « amis ».

Et quand on met l’accent sur le fait que l’idée de Ratzinger d’une « polyphonie » des Églises et des dénominations chrétiennes au sein d’une « unité ecclésiale » relativiserait le dépôt de la foi et irait à l’encontre de la revendication d’absolu de l’Église, en dehors de laquelle il n’y a pas de salut, voire dissoudrait en fin de compte cette Église, le catholique moderne se défile en prétextant la vertu chrétienne de modestie, à laquelle Ratzinger aussi doit s’être référé, et selon laquelle ce serait de la prétention que de se considérer comme l’unique possesseur de la Vérité. Ou l’on parle de la liberté de la confession personnelle, de la liberté religieuse. Et de ce point de vue, Ratzinger aurait bien raison de prôner le dialogue entre chrétiens…et naturellement aussi avec les juifs ; à ce sujet, que l’on se réfère à son message au « Card. » Kasper pour le 40e anniversaire de la signature et de l’adoption de Nostra Ætate le 27 octobre de l’année dernière, dans lequel il indique explicitement à Kasper que le « dialogue entre Chrétiens et Juifs » doit être poursuivi.

Et voilà qu’arrive l’autorisation générale de l’ancienne messe, (semblable à l’ouverture d’un musée jusque-là fermé à la visite du tout venant… mais qui, même parmi les clercs, connaît encore cette liturgie ?) ; alors, que reste-t-il encore aux traditionalistes qu’ils puissent exiger ? Rien ! Car de deux choses l’une : soit l’on a focalisé le combat de l’Église sur l’autorisation de l’ancienne messe (en négligeant d’autres aspects de la destruction de l’Église), soit l’on a très bien vu, voire aussi décrit, le saccage organisé, mais l’on n’a pas travaillé à la reconstruction de l’Église et l’on s’est plutôt limité à seulement dire l’ancienne messe, ce qui revient au même. Quand je séjournais en l’an 2000 au Mexique pour expliquer notre adhésion à la déclaration de S. Exc. Mgr. Ngô-dinh-Thuc dans laquelle il était question d’un programme de restauration de l’Église comme institution de salut, le chef de l’union sacerdotale m’a indiqué que l’évêque Pivarunas p. ex. refusait de manière stricte une élection papale et que pour cette raison l’Union Trento ne voulait pas faire cavalier seul dans cette direction.

Face au chef de l’Église conciliaire versé dans la théologie, il apparaît :
- que ceux qui se présentent comme sédévacantistes, particulièrement les jeunes clercs, n’ont pas de programme plus ambitieux que de dire l’ancienne messe,
- qu’ils ne sont pas intéressés par la reconstruction de l’Église,
- que leur volonté missionnaire s’est évanouie (tout comme chez leurs opposants modernistes), ce qui fait que ces clercs ne font que végéter de manière sectaire, chacun avec sa propre clientèle,
- et qu’ils n’ont pas surmonté le modernisme, ni théologiquement, ni philosophiquement, en particulier quand celui est présenté d’une manière aussi philosophiquement compétente que chez Ratzinger.
Il n’y a pas seulement le fait qu’ils se sont peu ou insuffisamment consacrés à étudier et à contrer les documents conciliaires et les prétendues réformes qui en ont découlé, avec leurs tendances protestantisantes, il y a aussi le fait qu’ils n’ont aucune idée de la raison pour laquelle une telle théologie moderne a bien pu apparaître. 1) On se complaisait trop dans la possession de vérités éternelles et absolues, philosophiquement blotties dans le thomisme, une philosophie qui, cependant, ne pouvait plus suffire à une pensée systématique et à des exigences de la théorie de la connaissance, c’est-à-dire à une explication du savoir telle que Fichte a essayé de la présenter dans ses différentes versions de la « théorie de la science ». En outre, la rumeur s’est propagée selon laquelle les colonnes éternelles du thomisme, ses preuves de Dieu, les fameuses « quinque viae », commençaient à chanceler : tout étudiant de deuxième année de philosophie peut les démasquer comme des tautologies. Sur ce plan, on avait besoin d’un éclaircissement.

Maintenant, il est aisé de démontrer que la conception de Ratzinger au sujet de la filiation divine du Christ est imprégnée d’arianisme. Mais que voulait  Ratzinger ? Il voulait expliquer le dogme des deux natures en Jésus-Christ (l’Être-Dieu et l’Être-Homme) avec les catégories hégéliennes Être, Non-Être, Devenir. Dieu = Être, Homme = Non-Être, Fils de Dieu = Devenir dans l’accomplissement et l’appropriation de la volonté paternelle.

Qu’on ne commence pas maintenant à polémiquer contre Hegel ! Si on veut faire quelque chose, on doit l’étudier afin de pouvoir s’affirmer contre lui. Les deux directions, tant la scholastique médiévale que la théologie fondamentale moderne, ont adapté un concept philosophique dans un but d’interprétation théologique. Pour ravir à l’Islam sa supériorité philosophique alors que celui-ci était en train de pénétrer l’Europe, et particulièrement l’Espagne occupée par les Maures, St Albert et plus tard St Thomas ont intégré, sur ordre papal, des concepts aristotéliciens dans la théologie chrétienne, ce qui à l’époque fut ressenti parfois comme hérétique, par exemple par St Bonaventure. La scholastique n’offrait pas aux modernistes de système propre et ceux-ci, à partir de la théologie fondamentale, ne développèrent pas non plus de manière originale une philosophie de la religion qui les auraient amenés à un système philosophique cohérent ; en revanche ils adaptèrent les schémas hégéliens…avec le « succès » qu’on a indiqué.

Aujourd’hui, nous nous trouvons définitivement à un tournant. Le modèle Ratzinger a dévoilé toute la vacuité des prétendus sédévacantistes et les a démasqués comme de simples traditionalistes et des sectaires, même si quelques uns dans leurs discours sont allés au-delà du simple conservatisme. Bien peu ont interprété mes « remarques inamicales » dans le cahier de décembre de l’an dernier en disant que je crachais dans la soupe. Beaucoup les ont comprises comme elles devaient l’être : il s’agissait d’un marquage de frontière clair.

Vous, honorable lecteur, ne voulez pas le croire? Vous pensez qu’il y a eu un vrai travail constructif qui a conduit à la formation de paroisses chrétiennes ? Peut-être, mais alors de manière complètement isolée. Essayez donc un jour d’amener à la messe une de vos connaissances qui s’intéresse à l’ancienne liturgie. Où donc voulez-vous l’amener ? Ou bien l’on doit supporter la honte de lui présenter comme « église » une simple auberge (avec tous les bruits parasites que cela comporte), ou bien souvent on l’amène dans une église où il faut prier auparavant les visiteurs féminins de se changer ou de se déguiser, car sans foulard sur la tête, il n’y a pas moyen d’entrer. On ne peut pas en vouloir à quelqu’un qui vient de l’extérieur s’il considère tout ce bazar comme un refuge de momies ou comme du sectarisme. Et quand des clercs, vraiment préoccupés par le bien des âmes, rendent le « système » perméable et renoncent à un rigorisme vestimentaire formel, ils se font calomnier comme « libéraux ».

Que va-t-il donc se passer quand Ratzinger autorisera l’ancienne messe de manière générale ? Ça va être la fin de tous les groupuscules catholicisants. Car les fidèles qui s’intéressent encore à l’ancienne liturgie vont y assister là où elle est ouvertement célébrée par un prêtre dans une église. Oui, mais alors, cette assistance serait inacceptable, vu qu’elle aurait lieu dans le cadre de « l’église officielle », pourrait-on objecter. Mais dites donc, mon révérend père, avez-vous donc bien expliqué la situation à ces fidèles ? Leur avez-vous dit que cette objection est aussi valable pour les messes dites par les gens d’Écône ? Avez-vous proposé une véritable alternative, avez-vous édifié une paroisse avec une catéchèse continue ?

Pour éviter toute incompréhension : je parle ici de clercs, qui jusqu’à maintenant ont célébré la messe dans les divers centres. Je ne parle pas ici de l’armée de gyrovagues et de « porteurs de mitres », aux sacres invalides ou douteux, qui n’ont absolument aucun intérêt à la résolution de l’incroyable crise spirituelle, qu’ils n’ont même pas remarquée dans la plupart des cas, de ces individus sans formation qui se réfèrent à la prétendue « Ligne-Thuc » pour dissimuler leurs agissements et leur donner une justification religieuse. Et cette armée de gyrovagues devient plus nombreuse de jour en jour. De tous côtés émergent des imitateurs du manipulateur Roux (aussi connu sous le nom de Mgr Tartuffe), qui a tout simplement falsifié des certificats d’ordinations et de sacres, pour se faire passer pour évêque et qui s’est laissé conférer par le pseudo « Saint Synode Orthodoxe des Indes » (sic) le merveilleux titre de « Prince Jean (Gérard Charles Laurent) Roux Laurenti Lascaris Vintimiglia Commene Negri Maggi, Grand Prince de Numidie, Mauritanie et Cyrénaïque, Prince de Mélitène, évêque titulaire syro orthodoxe d’Ascolon » (cf. http://www.geocities.com/Paris/8919/html/tartuffe/curricul.htm).

Pour résumer : seuls quelques clercs et une série de laïcs vivants dans la diaspora manifestent une véritable résistance ; ils ont aussi la volonté de reconstruire, ne courbent pas le dos devant le pape de la culture et ne l’encensent pas.

Il faut que ces prêtres et ces fidèles se manifestent, pour s’unir dans une forme commune de survie spirituelle. J’ai donc évoqué, s’il y avait suffisamment d’intérêt pour cela, de discuter des étapes à venir avec ce cercle de chrétiens conscients, dans le cadre d’une conférence prévue pour l’automne de cette année. Dans cet ordre d’idée, je vous prie, cher lecteur, de me faire connaître votre prise de position.

De la réussite de cette tentative d’un mouvement pour le maintien de la foi chrétienne dépend aussi l’avenir du présent organe d’informations. Doit-il donc changer ? Doit-il ne paraître que comme une circulaire, une feuille de communication ou une bourse aux nouvelles dans un cercle de communication restreint ?  Même si toute une série de lecteurs de EINSICHT ne restent pas sans participer, mais utilisent les articles de cette publication pour déchiffrer les vrais signes, c’est-à-dire les signes spirituels et religieux du temps et de l’effondrement, EINSICHT se conçoit avant tout comme un organe de la résistance et de la reconstruction. Dans cette optique aussi j’attends vos propositions.

Espérons et prions que Dieu, dans cette détresse, nous donne son soutien, malgré toutes les difficultés et les faiblesses personnelles.

Remarque :
1) Au lieu d’étudier les bases théoriques du modernisme, ce qui impliquerait de s'appliquer à  étudier l'illuminisme (car c'est bien lui qui est la source des idées qui ont fait la révolution par en haut au Vatican, et pas le judaïsme!) certains auteurs se sont diriges vers les bas-fonds d'une prétendue explication des coulisses de l'histoire et ont produit une bouillie littéraire conçue pour appâter la curiosité des lecteurs et dont la présentation devrait plutôt être qualifiée de pornographie spirituelle et dont la lecture devrait normalement être confessée.





À la croisée des chemins

Eberhard Heller

Si l’on pouvait encore avoir le sentiment (notons-le bien : le sentiment !) qu’il y avait quelque chose comme une résistance contre les prétendues réformes vaticanes (il y a belle lurette qu’on ne parle plus de reconstruction de l’Église, de sa restauration comme institution du salut), eh bien, ce sentiment s’est rapidement volatilisé comme la brume sous le soleil depuis l’entrée en fonctions de Ratzinger/Benoît XVI. Presque tous ceux qui auparavant s’étaient montrés critiques vis-à-vis de Jean-Paul II et avaient mis au jour ses comportements insupportables, se sont non seulement réunis pour reconnaître Ratzinger comme occupant légitime de la chaire de Pierre, mais encore ils le considèrent comme un pape conservateur alors que ces mêmes personnes ou groupements avaient émis sur sa théologie des reproches semblables aux nôtres. On a donc trouvé une sorte d’arrangement. Si on pouvait constater sous Jean-Paul II des errements continus aux marges de l’orthodoxie, cela venait du fait que celui-ci produisait suffisamment de scandales et de quoi mettre le feu aux poudres (p.ex. le baiser du Coran, ce qui indiquait pour un musulman la soumission à l’Islam) ; cela ne déclenchait pas seulement la furie des chrétiens conservateurs mais encore l’incompréhension de journalistes vaticanistes parvenus tels que Messori. Sous l’égide de Ratzinger, ces temps des scandales perpétuels font désormais partie du passé…et ont aussi fait disparaître avec eux le « sentiment » d’opposition.

Après donc que les gens d’Écône se sont inclinés devant lui tout en manifestant la prétention de ramener à l’orthodoxie leur pape Benoît XVI, un accord avec ce dernier devrait être prêt pour signature dès avant Pâques. Celui-ci prévoit, paraît-il, d’autoriser à nouveau l’ancienne messe, ce qui ne devrait présenter aucune difficulté pour Ratzinger, lui qui avait d’ailleurs qualifié d’horreurs les réformes liturgiques pendant Vatican II. (En contrepartie, les gens d’Écône devraient arrêter de grogner contre les décisions de Vatican II).

Vu la soumission générale d’aujourd’hui, il est devenu pratiquement impossible de faire encore comprendre à quelqu’un que nous maintenons notre affirmation que Ratzinger n’est pas un pape légitime. Même si l’on nous écoute encore avec quelque intérêt quand nous justifions notre affirmation avec la position théologique de Ratzinger, le reproche d’arianisme ne fait plus d’impression sur personne. On nous dit alors que c’est une pure spéculation théologique qui n’affecte en rien la légitimité de ce pape éduqué, cultivé, avenant, compréhensif et généreux. Eh quoi ! Comment le pourrait-elle d’ailleurs !?

Maintenant, il vient de publier sa première encyclique Deus caritas est dans laquelle il présente de si belles phrases sur l’amour : « ‘‘Dieu est amour, et quiconque demeure dans l’amour, celui-ci demeure en Dieu et Dieu demeure en lui ’’ (1. Jn 4, 16). Dans ces mots de la première épître de Jean se trouve exprimé avec une clarté remarquable le centre de la foi chrétienne, l’image chrétienne de Dieu et partant l’image de l’homme et de sa voie ». Ou quand il définit à partir de l’amour de Dieu l’être-même de l’Église :
« 25. Arrivés à ce point nous reconnaissons fermement deux éléments essentiels à partir de nos réflexions :

a) L’être de l’Église s’exprime par une triple mission : prédication de la parole de Dieu (kerygma – martyria), célébration des sacrements (leiturgia), service de l’amour (diakonia). Ce sont des tâches qui se conditionnent les unes les autres et qui ne se laissent pas séparer les unes des autres. Pour l’Église le service de l’amour n’est pas une sorte d’activité de bienfaisance, que l’on pourrait aussi confier à d’autres, mais elle appartient à son être, il est une expression de son être à laquelle il lui est impossible de renoncer.

b) L’Église est la famille de Dieu dans le monde. Dans cette famille, il ne doit y avoir personne dans la détresse. Mais en même temps la Caritas-Agape va au-delà des limites de l’Église : la parabole du bon Samaritain reste la référence et commande l’universalité de l’amour, qui se tourne vers celui qui a besoin et que l’on rencontre « par hasard » (cf. Lc 10, 31), qui qu’il soit. Nonobstant cette universalité du commandement de l’amour, il existe bien une mission spécifique de l’Église, à savoir celle de l’Église en tant que famille dans laquelle (www.vatican.va/offices/papal_docs_list_ge.html en français???)

Qui va parler d’hérésie en lisant de telles lignes ? N’est-il pas vrai que Ratzinger réclame ici quelque chose à bon droit, à savoir l’amour du prochain entre les chrétiens et aussi envers les non-chrétiens ? Dans les cercles traditionalistes, où cet amour est-il pratiqué? Je ne fais que penser aux calomnies sans nombre auxquelles on est constamment confronté dans le cercle de ses « amis ».

Et quand on met l’accent sur le fait que l’idée de Ratzinger d’une « polyphonie » des Églises et des dénominations chrétiennes au sein d’une « unité ecclésiale » relativiserait le dépôt de la foi et irait à l’encontre de la revendication d’absolu de l’Église, en dehors de laquelle il n’y a pas de salut, voire dissoudrait en fin de compte cette Église, le catholique moderne se défile en prétextant la vertu chrétienne de modestie, à laquelle Ratzinger aussi doit s’être référé, et selon laquelle ce serait de la prétention que de se considérer comme l’unique possesseur de la Vérité. Ou l’on parle de la liberté de la confession personnelle, de la liberté religieuse. Et de ce point de vue, Ratzinger aurait bien raison de prôner le dialogue entre chrétiens…et naturellement aussi avec les juifs ; à ce sujet, que l’on se réfère à son message au « Card. » Kasper pour le 40e anniversaire de la signature et de l’adoption de Nostra Ætate le 27 octobre de l’année dernière, dans lequel il indique explicitement à Kasper que le « dialogue entre Chrétiens et Juifs » doit être poursuivi.

Et voilà qu’arrive l’autorisation générale de l’ancienne messe, (semblable à l’ouverture d’un musée jusque-là fermé à la visite du tout venant… mais qui, même parmi les clercs, connaît encore cette liturgie ?) ; alors, que reste-t-il encore aux traditionalistes qu’ils puissent exiger ? Rien ! Car de deux choses l’une : soit l’on a focalisé le combat de l’Église sur l’autorisation de l’ancienne messe (en négligeant d’autres aspects de la destruction de l’Église), soit l’on a très bien vu, voire aussi décrit, le saccage organisé, mais l’on n’a pas travaillé à la reconstruction de l’Église et l’on s’est plutôt limité à seulement dire l’ancienne messe, ce qui revient au même. Quand je séjournais en l’an 2000 au Mexique pour expliquer notre adhésion à la déclaration de S. Exc. Mgr. Ngô-dinh-Thuc dans laquelle il était question d’un programme de restauration de l’Église comme institution de salut, le chef de l’union sacerdotale m’a indiqué que l’évêque Pivarunas p. ex. refusait de manière stricte une élection papale et que pour cette raison l’Union Trento ne voulait pas faire cavalier seul dans cette direction.

Face au chef de l’Église conciliaire versé dans la théologie, il apparaît :
- que ceux qui se présentent comme sédévacantistes, particulièrement les jeunes clercs, n’ont pas de programme plus ambitieux que de dire l’ancienne messe,
- qu’ils ne sont pas intéressés par la reconstruction de l’Église,
- que leur volonté missionnaire s’est évanouie (tout comme chez leurs opposants modernistes), ce qui fait que ces clercs ne font que végéter de manière sectaire, chacun avec sa propre clientèle,
- et qu’ils n’ont pas surmonté le modernisme, ni théologiquement, ni philosophiquement, en particulier quand celui est présenté d’une manière aussi philosophiquement compétente que chez Ratzinger.

Il n’y a pas seulement le fait qu’ils se sont peu ou insuffisamment consacrés à étudier et à contrer les documents conciliaires et les prétendues réformes qui en ont découlé, avec leurs tendances protestantisantes, il y a aussi le fait qu’ils n’ont aucune idée de la raison pour laquelle une telle théologie moderne a bien pu apparaître. 1) On se complaisait trop dans la possession de vérités éternelles et absolues, philosophiquement blotties dans le thomisme, une philosophie qui, cependant, ne pouvait plus suffire à une pensée systématique et à des exigences de la théorie de la connaissance, c’est-à-dire à une explication du savoir telle que Fichte a essayé de la présenter dans ses différentes versions de la « théorie de la science ». En outre, la rumeur s’est propagée selon laquelle les colonnes éternelles du thomisme, ses preuves de Dieu, les fameuses « quinque viae », commençaient à chanceler : tout étudiant de deuxième année de philosophie peut les démasquer comme des tautologies. Sur ce plan, on avait besoin d’un éclaircissement.

Maintenant, il est aisé de démontrer que la conception de Ratzinger au sujet de la filiation divine du Christ est imprégnée d’arianisme. Mais que voulait  Ratzinger ? Il voulait expliquer le dogme des deux natures en Jésus-Christ (l’Être-Dieu et l’Être-Homme) avec les catégories hégéliennes Être, Non-Être, Devenir. Dieu = Être, Homme = Non-Être, Fils de Dieu = Devenir dans l’accomplissement et l’appropriation de la volonté paternelle.

Qu’on ne commence pas maintenant à polémiquer contre Hegel ! Si on veut faire quelque chose, on doit l’étudier afin de pouvoir s’affirmer contre lui. Les deux directions, tant la scholastique médiévale que la théologie fondamentale moderne, ont adapté un concept philosophique dans un but d’interprétation théologique. Pour ravir à l’Islam sa supériorité philosophique alors que celui-ci était en train de pénétrer l’Europe, et particulièrement l’Espagne occupée par les Maures, St Albert et plus tard St Thomas ont intégré, sur ordre papal, des concepts aristotéliciens dans la théologie chrétienne, ce qui à l’époque fut ressenti parfois comme hérétique, par exemple par St Bonaventure. La scholastique n’offrait pas aux modernistes de système propre et ceux-ci, à partir de la théologie fondamentale, ne développèrent pas non plus de manière originale une philosophie de la religion qui les auraient amenés à un système philosophique cohérent ; en revanche ils adaptèrent les schémas hégéliens…avec le « succès » qu’on a indiqué.

Aujourd’hui, nous nous trouvons définitivement à un tournant. Le modèle Ratzinger a dévoilé toute la vacuité des prétendus sédévacantistes et les a démasqués comme de simples traditionalistes et des sectaires, même si quelques uns dans leurs discours sont allés au-delà du simple conservatisme. Bien peu ont interprété mes « remarques inamicales » dans le cahier de décembre de l’an dernier en disant que je crachais dans la soupe. Beaucoup les ont comprises comme elles devaient l’être : il s’agissait d’un marquage de frontière clair.

Vous, honorable lecteur, ne voulez pas le croire? Vous pensez qu’il y a eu un vrai travail constructif qui a conduit à la formation de paroisses chrétiennes ? Peut-être, mais alors de manière complètement isolée. Essayez donc un jour d’amener à la messe une de vos connaissances qui s’intéresse à l’ancienne liturgie. Où donc voulez-vous l’amener ? Ou bien l’on doit supporter la honte de lui présenter comme « église » une simple auberge (avec tous les bruits parasites que cela comporte), ou bien souvent on l’amène dans une église où il faut prier auparavant les visiteurs féminins de se changer ou de se déguiser, car sans foulard sur la tête, il n’y a pas moyen d’entrer. On ne peut pas en vouloir à quelqu’un qui vient de l’extérieur s’il considère tout ce bazar comme un refuge de momies ou comme du sectarisme. Et quand des clercs, vraiment préoccupés par le bien des âmes, rendent le « système » perméable et renoncent à un rigorisme vestimentaire formel, ils se font calomnier comme « libéraux ».

Que va-t-il donc se passer quand Ratzinger autorisera l’ancienne messe de manière générale ? Ça va être la fin de tous les groupuscules catholicisants. Car les fidèles qui s’intéressent encore à l’ancienne liturgie vont y assister là où elle est ouvertement célébrée par un prêtre dans une église. Oui, mais alors, cette assistance serait inacceptable, vu qu’elle aurait lieu dans le cadre de « l’église officielle », pourrait-on objecter. Mais dites donc, mon révérend père, avez-vous donc bien expliqué la situation à ces fidèles ? Leur avez-vous dit que cette objection est aussi valable pour les messes dites par les gens d’Écône ? Avez-vous proposé une véritable alternative, avez-vous édifié une paroisse avec une catéchèse continue ?

Pour éviter toute incompréhension : je parle ici de clercs, qui jusqu’à maintenant ont célébré la messe dans les divers centres. Je ne parle pas ici de l’armée de gyrovagues et de « porteurs de mitres », aux sacres invalides ou douteux, qui n’ont absolument aucun intérêt à la résolution de l’incroyable crise spirituelle, qu’ils n’ont même pas remarquée dans la plupart des cas, de ces individus sans formation qui se réfèrent à la prétendue « Ligne-Thuc » pour dissimuler leurs agissements et leur donner une justification religieuse. Et cette armée de gyrovagues devient plus nombreuse de jour en jour. De tous côtés émergent des imitateurs du manipulateur Roux (aussi connu sous le nom de Mgr Tartuffe), qui a tout simplement falsifié des certificats d’ordinations et de sacres, pour se faire passer pour évêque et qui s’est laissé conférer par le pseudo « Saint Synode Orthodoxe des Indes » (sic) le merveilleux titre de « Prince Jean (Gérard Charles Laurent) Roux Laurenti Lascaris Vintimiglia Commene Negri Maggi, Grand Prince de Numidie, Mauritanie et Cyrénaïque, Prince de Mélitène, évêque titulaire syro orthodoxe d’Ascolon » (cf. http://www.geocities.com/Paris/8919/html/tartuffe/curricul.htm).

Pour résumer : seuls quelques clercs et une série de laïcs vivants dans la diaspora manifestent une véritable résistance ; ils ont aussi la volonté de reconstruire, ne courbent pas le dos devant le pape de la culture et ne l’encensent pas.

Il faut que ces prêtres et ces fidèles se manifestent, pour s’unir dans une forme commune de survie spirituelle. J’ai donc évoqué, s’il y avait suffisamment d’intérêt pour cela, de discuter des étapes à venir avec ce cercle de chrétiens conscients, dans le cadre d’une conférence prévue pour l’automne de cette année. Dans cet ordre d’idée, je vous prie, cher lecteur, de me faire connaître votre prise de position.

De la réussite de cette tentative d’un mouvement pour le maintien de la foi chrétienne dépend aussi l’avenir du présent organe d’informations. Doit-il donc changer ? Doit-il ne paraître que comme une circulaire, une feuille de communication ou une bourse aux nouvelles dans un cercle de communication restreint ?  Même si toute une série de lecteurs de EINSICHT ne restent pas sans participer, mais utilisent les articles de cette publication pour déchiffrer les vrais signes, c’est-à-dire les signes spirituels et religieux du temps et de l’effondrement, EINSICHT se conçoit avant tout comme un organe de la résistance et de la reconstruction. Dans cette optique aussi j’attends vos propositions.

Espérons et prions que Dieu, dans cette détresse, nous donne son soutien, malgré toutes les difficultés et les faiblesses personnelles.

Remarque :
1) Au lieu d’étudier les bases théoriques du modernisme, ce qui impliquerait de s'appliquer à  étudier l'illuminisme (car c'est bien lui qui est la source des idées qui ont fait la révolution par en haut au Vatican, et pas le judaïsme!) certains auteurs se sont diriges vers les bas-fonds d'une prétendue explication des coulisses de l'histoire et ont produit une bouillie littéraire conçue pour appâter la curiosité des lecteurs et dont la présentation devrait plutôt être qualifiée de pornographie spirituelle et dont la lecture devrait normalement être confessée.
 
(c) 2004-2018 brainsquad.de